La politique en textes !
  • Accueil
  • > Archives pour le Lundi 3 mai 2010

HEIDEGGER ET LE NAZISME (SUITE SANS FIN) (Le Glaive)
3 mai, 2010, 20:33
Classé dans : plus ou moins philo,politico-historique

Sur cette question souvent abordée ces derniers temps, chaque commentateur y met sa vision du monde et de la philosophie, toute interprétation étant infinie. Soit on démontre que le philosophe était un nazi pour le discréditer avec toutes les variantes possibles, sa philosophie l’étant en partie ou non. Soit on affirme qu’il ne l’a pas été (ou que cela a été une erreur très passagère sans conséquence). Pour l’instant, il semble que cet engagement a été bien plus fort qu’on a bien voulu le dire. Cette affaire procure à certains une joie maligne de pouvoir ainsi juger négativement le grand philosophe et de se trouver ainsi mieux que lui. L’attitude parfois ambiguë d’Heidegger par la suite a surtout été celle d’un homme qui a cherché à assurer sa survie philosophique et même économique après la guerre.

Nous allons donc poser la question :

Y-a-t-il des points communs entre la pensée de Heidegger et un courant de la pensée allemande antidémocratique, anti-judéochrétien, anti-rationaliste que l’on retrouve aussi chez Nietzsche, interlocuteur posthume du grand philosophe d’origine catholique, ces thèmes pouvant se retrouver dans le nazisme ?

Heidegger était profondément Allemand. Cette évidence a de l’importance. Il a très peu quitté son pays et a eu comme lieu de réflexion la Forêt Noire, au sud de ce pays qui est la vraie et belle Allemagne qu’imaginent par exemple les Français. Il fut imprégné de ces thèmes récurrents à la culture allemande : la dureté et la pureté. L’être authentique dans toute sa dureté d’acier et sa pureté de cristal pouvait-il avoir une âme de démocrate ? La démocratie ne peut que fabriquer des individus tièdes, soumis, atomisés par le consensuel. On comprend tout par lassitude. Société démocratique qui met en avant des individus à la morpho-psychologie insignifiante, société qui refuse le conflit, l’affrontement, alors que « l’homme libre est guerrier ». On ne peut plus nier ou affirmer. Règne de la médiocrité, des médiocres, de l’insignifiant, du «modeste» qui rassure, triomphe des mots pompeux et creux, de la «tolérance», puisqu’il n’y a plus rien à refuser ou affirmer. Société où n’existent, comme l’écrivait le poète italien Marinetti, ni tragique ni émotion et qui évolue inexorablement vers le vide spirituel. Pour ce courant de pensée, le démocrate est fondamentalement inauthentique puisqu’il est le produit de l’opinion commune, du «on». Chez Heidegger on trouve aussi une apologie de l’origine avec, entre autres, celle des Allemands qui ont gardé leur langue originelle qui est devenue un bel instrument chez ce peuple de penseurs, poètes et musiciens.

Pour le philosophe de Freibourg, la philosophie parle allemand comme elle a parlé grec.

On trouve aussi l’éloge de l’enracinement, du sol natal, sol de l’enfance, des ancêtres. L’être enraciné s’oppose à l’errance, critique donc de la modernité, de l’américanisme opposé à l’esprit germano-européen. Philosophe de l’Etre, il avait sans doute ressenti plus qu’un autre la néantisation de l’Occident et la menace du nihilisme qui pesait sur celui-ci La pensée de gauche voit dans l’appartenance à un sol, un pays ou une nation le produit du hasard, ce qui est dépréciatif.. Dans la pensée heideggérienne, les notions de facticité, d’être jeté, d’être au monde donnent à cette appartenance une signification des plus profondes. Heidegger appartient au courant anti-rationaliste qui est aussi un prolongement de la phénoménologie husserlienne où toutes les certitudes scientistes, la mathématisation du monde, l’idée de raison, le réalisme naïf ont été mis à bas. On peut d’ailleurs noter que Husserl a été très étudié par les catholiques et même les ecclésiastiques. Car c’était sans doute la première fois qu’un courant de pensée majeur et puissant, non religieux, (la phénoménologie) remettait la science, vieille et grande rivale de l’Eglise et de la religion à sa place. La science a cru et croit encore être la vérité ou le réel alors qu’elle n’est qu’une construction axiomatique de l’esprit qui se surajoute au monde perçu qui est premier et dans lequel baignent tous les individus depuis leur naissance. La science même si elle nie, a comme fondements ultimes des postulats métaphysiques. Puisque n’existent que le subjectif et l’affectif, les mythes et la poésie ont droit de cité à la constitution de toute vérité au même titre que les modes de connaissance qui ont cru pendant longtemps depuis Descartes à l’objectivité de leurs méthodes.

La question dans la question est : Heidegger était-il raciste ? Certains n’ont pas hésité à la poser avec toute la dose de culpabilité que ce qualificatif peut engendrer de nos jours. Le philosophe avait connu une amourette avec une étudiante juive Hannah Arendt dont la jeunesse, le beau visage à l’époque et la maturité philosophique avaient attiré l’homme de trente cinq ans qu’était à ce moment là Heidegger. Mais ceci en général ne prouve pas grand chose. Plus fondamentalement Heidegger croyait au destin exceptionnel du peuple allemand et à i sa mission spirituelle pour combattre la décadence. Il fallait protéger «racialement» ce peuple allemand et ses points de vue rejoignaient parfois ceux d’Eugen Fischer, hygiéniste de la race qui, entre autres, était très inquiet de l’africanisation de la France dans les années trente, due à ses colonies. Que dirait-il de nos jours ? Heidegger ne croyait sans doute pas au racisme biologique puisqu’il avait lui-même déconstruit l’idée de science de façon encore plus radicale que Husserl, mais pour lui c’était le « peuple qui devait décider » de sa santé et de sa préservation.

par Patrice GROS-SUAUDEAU  nov . déc 2002



LA CHASSE AUX SORCIÈRES DANS L’ÉDUCATION NATIONALE (Le Glaive)
3 mai, 2010, 13:36
Classé dans : éducation et enseignement

Une idée couramment admise est que, pour être professeur de Lycée-Collège, il suffit de passer son CAPES ou l’Agrégation et qu’ensuite, après une année de stage, un stagiaire est titularisé de façon quasi automatique.

Ceci est évidemment très théorique, puisque dans la pratique les enseignants aux idées nationales ou nationalistes sont traqués impitoyablement sous couvert de rapports soi-disant objectifs; « pas aptes pour l’enseignement ».

Au delà des idées politiques, les professeurs possédant une personnalité seront broyés par une infantilisation due aussi bien aux élèves (il est perpétuellement demandé aux enseignants de se mettre au niveau de leur classe, et à la longue, leur niveau intellectuel et psychologique peut subir une régression) qu’à une hiérarchie étouffante et oppressante dont la légitimité n’est pas fondée sur le niveau intellectuel ou culturel. Les Proviseurs de Lycée et les Principaux de Collège sont d’anciens profs « bien notés », ce qui veut dire dans la pratique des personnes totalement soumises à l’institution et à l’idéologie officielle. Individus ternes, s’étant écrasés durant toute leur carrière pour monter dans les indices, ils deviennent aigris et haineux (avec un potentiel de haine souvent inimaginable derrière un paravent d’humanisme) vis à vis de tout professeur qui n’est pas conforme au moule prôné par l’éducation nationale et a conservé en lui-même un peu d’«être». Ils utilisent leur fonction de façon très politique, parfois comme de véritables commissaires politiques. Ce  comportement se retrouve aussi chez les inspecteurs qui cherchent à éliminer les « brebis galeuses ».

On a donc droit à l’affichage des Droits de l’Homme et à des affiches favorables à l’Europe de Maastricht dans les salles de classes ….

Dans la salle des Professeurs sur les panneaux syndicaux, placardage intensif d’affiches «contre» le racisme, la montée du fascisme et «pour» la tolérance …

Il existe au sein de cette même salle d’attente pour profs (au décor souvent digne de celui qui existe lorsque l’on attend à la Sécurité Sociale) une ambiance cucul, humanitariste, où la banalité, l’insignifiance dans l’expression sont les bienvenues, ce qui s’appelle une « collaboration avec l’équipe enseignante des plus fructueuse ».

Tout ceci se traduit même au niveau vestimentaire où il est de bon ton de s’habiller comme un minable, la seule personne portant parfois encore une cravate (et une veste) est le Proviseur ou le Principal, qui se sentent peut-être ainsi légitimés dans leur pouvoir et reconnus en tant que tels.

Quant aux autres le mot d’ordre est « n’être rien et n’avoir l’air de rien ». Formule qui peut être une définition de l’humanisme. L’Homme étant défini comme néant, les Droits de l’Homme étant une néantisation des particularismes, l’immigration une néantisation de l’homme blanc, Maastricht une néantisation des nations …

On comprend ainsi pourquoi la religion bouddhique est à la mode puisque qu’elle est la religion-philosophie du néant.

Ce pseudo-égalitarisme ridicule montre à quel point l’enseignement actuel baigne dans une atmosphère humanitariste infantile. Les enseignants qui ont gardé un peu de fierté d’eux mêmes et qui ne partagent pas cette vision du monde doivent se méfier des autres, car tout propos peut-être rapporté à la direction quand il n’est pas conforme aux normes idéologiques. Ceci finit par dépersonnaliser les individus car ils doivent perpétuellement cacher leurs idées, ne pouvant jamais vraiment dire ce qu’ils pensent à la différence des petits profs de gauche pourrisseurs qui se vautrent dans un misérabilisme, bruyamment et avec jouissance, s’imposant par leur nombre.

Être un Français de souche peut être un handicap, puisqu’on peut à tout moment être accusé par un élève de « racisme envers nos frères de couleur » (les profs étrangers ne sont pas persécutés dans ce domaine) , le racisme antifrançais ou antiblanc n’étant pas reconnu !

Le professeur français et blanc finira par avoir une image négative de lui-même. Cela se répercutera au niveau des élèves, car leur propre identité est systématiquement dénigrée et dévalorisée. Le professeur «néant» devant s’écraser devant «l’être» des élèves appartenant à « d’autres cultures ». Les lycéens et collégiens se réfugieront donc dans la drogue et épouseront d’autres cultures et religions plus valorisantes à leurs yeux.

Nous pouvons aussi souligner l’autodafé systématique qui est fait par certains enseignants de gauche dans les bibliothèques, vis à vis des revues et livres qui ne dénigrent pas la culture nationale.

Les professeurs qui, malgré tout ont conservé une image positive d’eux-mêmes, des valeurs de leur pays, la fierté de soi seront mal notés par leur hiérarchie et on leur demandera de changer de personnalité. Ceux qui ne peuvent le faire ou ne sont pas encore titularisés seront éliminés ou mis à la retraite, et on soulignera leur manque de faculté d’adaptation.

Cette véritable chasse aux sorcières a parfois des formes sournoises mais des conséquences dramatiques pour certains individus avec perte d’emploi et donc de ressources. Notre société totalitaire veut à tout prix fabriquer un moule d’homme universel : « celui qui n’est rien, défini à la naissance comme néant et rejoignant le néant ».

par Patrice GROS-SUAUDEAU Statisticien – Économiste


carnet de notes |
MICHELE HARDENNE |
Je suis un "écrit-rien" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Litteratures Negro Africain...
| NewsNora
| That's just the way it is