La politique en textes !

La vraie question de l’immigration
11 mai, 2010, 14:38
Classé dans : immigration

Dans l’histoire des hommes, il y a toujours eu deux visions politiques de l’homme, l’une statique : celle d’un homme immuable (créé par Dieu pour les religions) et garante d’une tradition pluri-millénaire et l’autre dynamique qui veut élaborer un homme nouveau en rupture et parfois même remplaçant celui existant. Le nazisme comme le communisme avait une vision prométhéenne de l’homme : construire un surhomme blanc à partir du Germain, ceci en plus d’une conception géopolitique du monde, asseoir la domination des Germains sur la planète. On extrapolait une idéalité à partir de l’homme germanique existant.

Le communisme construisait l’homme nouveau à partir de l’ouvrier, les autres classes sociales étant éliminées. Tout ceci a échoué comme chacun sait, mais sans le dire l’idéologie libérale-socialiste en France et ailleurs a repris l’idéal nazi en négativité.

Il s’agit maintenant de construire un homme nouveau à partir de toutes les régions de la planète fait de toutes les races et cultures. Ce nouveau surhomme vit en général en banlieue au milieu des barres de béton, s’initiant sexuellement au cours de «tournantes», vivant de rapines et de trafics de drogue, rejetant avec violence jusqu’à la détruire l’école et même toute forme d’autorité.

On reconnaît l’homme nouveau à sa casquette à l’envers et ayant un chien mollossoïde au bras. On veut curieusement quand même faire entrer ce «surhomme» à Sciences Po par le système des quotas. Ce nouvel homme, l’homo métissus ou mixticius est appelé à remplacer l’ancien, le Français c’est-à-dire un Gaulois gréco-latinisé culturellement et un peu germanisé ethniquement. Le Français de souche est dans les faits devenu ce sous homme qui ne mérite plus d’exister. Il suffit d’écouter le discours dominant parler du Franchouillard assimilé à un beauf dégénéré – taré dansant la bourré au son de l’accordéon ou du biniou.

La seule activité «honorable» qui lui soit autorisée consiste à s’agenouiller les bras en croix et passer d’une repentance à une autre sur les actes commis par ses ancêtres. A propos de repentance, on peut dire que dans sa débilité absolue Loft Story a eu le mérite d’étouffer dans l’œuf la nouvelle vague orchestrée de repentance sur la guerre d’Algérie qui devait à nouveau déferler sur la France. Merci Loana !

Ce délire idéologique de remplacement de population par une autre a atteint son sommet pendant les années Mitterrand sur fond de bourrage de crâne anti-raciste et d’apologie du métissage et de société ouverte. Toute la population française qui s’était construite par l’histoire et avec lenteur, qui avait fait ses preuves vu le nombre de mathématiciens, physiciens, écrivains, artistes, penseurs, inventeurs,… qu’elle a produit, subit actuellement un traumatisme qui n’en finit par d’ébranler les fondements de notre pays. La France paie très chèrement cette folie idéologique des années Mitterand. Tout cela n’était que la vision politique d’un malade qui, après avoir été haut-fonctionnaire sous Vichy, décoré de la Francisque, ministre répressif (de l’intérieur et de la justice) pendant la guerre d’Algérie, en était venu, président vieillard incarnant la gauche, à une vision nihiliste de son pays : le dissoudre dans l’Europe de Maastricht et détruire sa population.

Patrice GROS-SUAUDEAU


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

carnet de notes |
MICHELE HARDENNE |
Je suis un "écrit-rien" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Litteratures Negro Africain...
| NewsNora
| That's just the way it is