La politique en textes !

Immigration et chômage (Figaro)
30 mai, 2010, 14:33
Classé dans : immigration

La France, qui a le taux d’immigré le plus élevé des pays comparables en Europe, a aussi le taux de chômage le plus important.

Nous allons une fois de plus aborder ce sujet tabou, mais il faut inlassablement reprendre son ouvrage tant que le problème n’aura pas été réglé.

Ces questions relèvent du passionnel de l’irrationnel ou de l’ordre de la métaphysique, parfois plus que d’arguments posés.

Une phrase souvent entendue : « Les immigrés, «on» les a fait venir, » Heidegger parlait de la dictature du «on». C’est déjà refuser de pense. Ce slogan souvent entendu, qui dans le fond ne veut rien dire, a de l’impact malheureusement. Qui est «on» ? Il est vrai que dans les années 60, une partie du grand patronat a fait appel à quelques dizaines de milliers de travailleurs étrangers pour le bâtiment ou l’automobile, (célibataires nord-africains pour la plupart, dont certains sont retournés dans leurs pays). Cet appel, valable pour une petite partie des immigrés actuellement présents sur notre sol, n’a aucun rapport avec le déferlement, dans les années 70-80, des immigrés qui sont venus alors que la France connaissait le chômage et que personne n’a jamais été chercher. Ils sont venus simplement pour obtenir des conditions de vie meilleures. Sans travailler, avec les allocations, leur niveau de vie peut-être multiplié par dix ou vingt, uniquement en traversant la Méditerranée.

Autre slogan souvent entendu : « Ils font le travail que les Français ne veulent pas faire. » Comme ci les Français étaient d’une essence telle qu’ils ne pourraient ou ne voudraient pas faire certains travaux. Cet argument vieillot, qui a trente ans de retard, est d’autant plus faux que beaucoup de Français actuellement au chômage accepteraient certains travaux effectués par des étrangers.

De plus, de nombreuses catégories professionnelles, comme la médecine, sont atteintes par l’immigration (on vient encore de titulariser cinq ou sept milles médecins étrangers non originaires de la CEE, qui pourrait exercer en France). On trouve aussi, dans l’enseignement, à tous les niveaux, de très nombreux enseignants étrangers non originaires de la CEE (ce qui est même inquiétant pour la transmission à nos enfants de beaucoup de valeurs scolaires ou extra-scolaires, notre patrimoine culturel se trans mettant parfois de façon impalpable dans le quotidien de l’enseignement).

Argument-Incantation

À la question : « Y a-t-il une corrélation entre le chômage et l’immigration ? », les humanitaristes répondent par le postulat métaphysique : « Les immigrés ne sont pas responsables du chômage en France », argument-incantation qui convainc celui qui l’énonce à mesure qu’il le répète et parfois un peu celui qui l’écoute.

On ne va pas philosopher à l’infini sur la notion de causalité qui, depuis Hume et Kant, a fait couler beaucoup d’encre.

Les immigrés sont-ils (ou en partie) responsable du chômage en France ? Nous répondrons tout d’abord que la France, qui a le taux d’immigrés le plus important des pays comparables en Europe, a aussi le taux de chômage le plus élevé (et de très loin comparé à l’Allemagne, la Grande-Bretagne…)

En continuant notre réflexion nous posons la question : est-il vraiment utile économiquement à notre pays d’avoir une masse importante d’immigrés au chômage, comme c’est le cas aujourd’hui ? N’est-il pas choquant de voir un père de famille français au chômage, alors que son voisin de palier étranger peut posséder un emploi ?

Cela ne peut que déchirer le tissu social et l’esprit unitaire que peuvent et doivent avoir les Français d’appartenir à un même pays solidaire dans ses droits et ses devoirs.

À cette question, l’UMP répond par des indignations alors que sous Giscard, en 1980, Raymond Barre étant premier ministre, le libéral Lionel Stoléru organisait le retour des immigrés dans leur pays. Toute la droite d’alors (et sans doute certains électeurs de gauche) soutenait ces mesures. Aujourd’hui que le Front national prône ces mesures, cela devient subitement scandaleux.

Le «million» Stoléru a permis le retour de 90 000 immigrés. En octobre 1980, les accords Poncet-Chadli prévoyaient le départ de 300 000 à 500 000 personnes (mesures stoppées par l’arrivée des socialistes au pouvoir). L’Allemagne aussi a organisé le retour d’un million de Turcs dans leur pays.

Ces mesures semblent d’autant plus appropriées que le regard sur les immigrés ne peut plus être le même.

Avant, il y a quinze ou vingt ans, la France avait affaire à des individualités ou à des travailleurs atomisés dans notre pays.

Maintenant, les Français s’aperçoivent que ces étrangers appartiennent à des communautés organisées qui peuvent même s’opposer au fait français. Les événements actuels sont hélas là pour nous le rappeler.

 Patrice Gros-Suaudeau – statisticien-économiste


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

carnet de notes |
MICHELE HARDENNE |
Je suis un "écrit-rien" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Litteratures Negro Africain...
| NewsNora
| That's just the way it is