La politique en textes !

Immigration les arguments fallacieux (Figaro)
30 mai, 2010, 14:20
Classé dans : immigration

A force d’être martelés, des arguments faux finissent par apparaître comme des vérités.

Pour tout ce qui concerne l’immigration, plusieurs arguments mensongers sont inlassablement répétés et, à force d’être martelés, finissent par devenir la vérité officielle pour la plupart des individus.

Quels sont-ils ?

1- La France a connu les trente glorieuses, années de forte croissance après-guerre jusqu’en 1974 grâce à l’immigration. Qu’en est-il réellement ? Après la Seconde Guerre mondiale, il est vrai que l’économie française a eu besoin d’une main-d’œuvre supplémentaire considérable.

Les deux réservoirs immenses ont été :

- L’exode rural : des millions de paysans français ont quitté nos campagnes pour aller dans les villes et sont devenus ouvriers ou autres et ont donc contribué à notre formidable expansion industrielle, l’agriculture, en se mécanisant, n’ayant plus besoin d’eux.

- La main-d’œuvre féminine : avant, les femmes, dans leur grande majorité, ne travaillaient pas ou tout au moins leur travail n’était pas compté dans la production économique officielle. Des millions de femmes françaises, après la Seconde Guerre, sont entrées dans le marché du travail et ont donc contribué à notre développement économique des trente glorieuses.

En comparaison, les dizaines de milliers d’immigrés non européens, présents sur notre sol durant ces années, ne constituèrent donc qu’un pourcentage très faible. Il était même possible de s’en passer en modernisant l’appareil productif. Au-delà de toutes les fariboles humanitaristes, le grand patronat a fait appel à eux pour peser sur les salaires (en situation de plein emploi, les salariés français étant en position de force, pour négocier leurs salaires). Il est donc paradoxal de constater que la gauche française actuelle, en ce qui concerne l’immigration, défende les intérêts du grand patronat contre les ouvriers français.

Immigration et chômage !

2 – la comparaison avec l’Allemagne.

M. Fodé Sylla, président de SOS-Racisme, écrit dans le Figaro du 20 septembre 1995 :  « Aucune corrélation entre taux de chômage et population immigrée n’a jamais été démontré scientifiquement. »

Pour démontrer cette affirmation, M. Sylla donne comme cas particulier un exemple (ce qui n’a jamais été une démonstration), et qui plus est un très mauvais exemple.

« L’Allemagne qui, ayant plus d’immigrés, et moins de chômage. »

La comparaison entre ces deux pays est sans signification, puisque ces deux Etats ne comptabilisent pas les immigrés de la même façon.

En Allemagne, qui pratique le droit du sang pour la nationalité, un Turc de la troisième génération peut encore compter comme immigré. En France, où règne le plus grand laxisme en ce qui concerne la naturalisation, le nombre d’immigrés est donc très sous-évalué par rapport à celui de l’Allemagne.

A ceci, il faut ajouter que l’immigration actuelle en Allemagne est, dans sa grande majorité, européenne  (Europe centrale ou de l’Est) ce qui n’est pas le cas en France.

3 – La France a toujours été un pays d’immigration et, d’ailleurs, celle-ci n’a pas changé en pourcentage depuis toujours.

La population française a toujours  été globalement celto-germanique, depuis la Gaule jusqu’au milieu du XIXe siècle (ce qui fait plus de 2 000 ans), avec quelques lbères dans le Sud-Ouest, auxquels certains attribuèrent une origine slave. Les derniers arrivants furent les Normands au XIe siècle. Il a donc fallu attendre le XIXe siècle pour avoir l’arrivée des Belges et Italiens.

Ensuite, vinrent, au XXe siècle, les Polonais, Espagnols, Portugais, quelques Russes et Allemands… Jusqu’à la seconde guerre mondiale et même un peu après (les années 60), la population française a donc été dans sa quasi totalité européenne. L’immigration non européenne et non chrétienne est très récente par rapport à notre histoire et n’a rien à voir avec les précédentes.

La dernière mode est de parler des douze millions de Français qui auraient un ancêtre étranger. Mais cet ancêtre, justement, avait souvent Ia particularité d’être là avant la Seconde Guerre et, dans les statistiques, on mélange toutes les origines.

Lorsqu’on compare les 6,5 % d’immigrés d’aujourd’hui avec les 0,5 % de 1931, on gomme toutes ces différences fondamentales, en plus des très nombreuses naturalisations qui masquent statistiquement la réalité sociale et sociologique.

PAR PATRICE GROS-SUAUDEAU


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

carnet de notes |
MICHELE HARDENNE |
Je suis un "écrit-rien" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Litteratures Negro Africain...
| NewsNora
| That's just the way it is