La politique en textes !

La dette de la France : une conséquence du capitalisme financier et de l’Euro
7 août, 2010, 11:00
Classé dans : économie et finance

Un homme politique radical socialiste avait déclaré un jour : « il n’y a aucun problème qu’une absence de solutions ne résoud pas ».

S’il est un domaine pour lequel cette phrase devient fausse est bien sûr le problème de la dette ou alors il faut accepter sans état d’âme de faire défaut avec toutes les conséquences de non crédibilité qui en résulteraient pour la France. Jacques Attali a écrit un livre sur ce thème. On a affaire à une œuvre savante où en conclusion il revient à son obsession pour ne pas dire fanatisme européiste cher aux « élites » qui conçoivent l’avenir pour les autres. On a d’ailleurs inventé l’expression en ce qui concerne l’Europe « sortir par le haut ». Il est vrai que cela résonne mieux que de dire « sortir par le bas ». On retrouve le moteur à deux temps de la pensée européiste. Quand cela va bien, c’est grâce à l’Europe. Quand cela va mal, il faut plus d’Europe. La certitude européiste ne connaît pas le doute. Avant toute chose, il faut relativiser une dette publique qui n’est qu’une circulation d’argent de ceux qui en ont trop. Quand l’Etat rembourse on enrichit les créanciers qui peuvent de nouveau relancer l’économie (surtout quand les créanciers sont des nationaux). De plus, il existe un chassé-croisé entre les dettes nationales. La France est débitrice pour certaines et créancière pour d’autres dettes.

Nous allons maintenant expliquer pourquoi la dette actuelle est due essentiellement au capitalisme financier (système économique de la mondialisation actuelle) et à la mise en place de l’Euro.

Il existe plusieurs façons de rembourser une dette : l’inflation (toujours au bénéfice des débiteurs au détriment des créanciers), la croissance, les impôts, la création monétaire, l’arme atomique étant faire défaut (ce qui a existé de nombreuses fois dans l’histoire économique), l’emprunt étant moins un financement puisqu’il peut même alourdir la dette, d’autant plus que le taux d’intérêt est supérieur au taux de croissance.

Ces sources de financement ont été très fortement contrariées par le capitalisme financier et la mise en place de l’Euro. La mondialisation a de façon prodigieuse fait diminuer les recettes par impôts : les délocalisations sont autant d’emplois détruits, donc de salariés ne payant plus d’impôts et qu’il faut de plus indemniser par des allocations. Le capitalisme financier a créé une répartition du PIB au désavantage des salaires. Ces derniers, comprimés, ne peuvent donc dégager des recettes fiscales suffisantes. Les contribuables les plus riches quant à eux sont protégés par le bouclier fiscal quand ils ne pratiquent pas l’évasion fiscale (en partant à l’étranger par exemple). Le capitalisme financier crée donc un cadre institutionnel guère favorable au remboursement d’une dette aussi bien privée que publique. Il a de plus généré une croissance très faible dans les pays européens dont la France.

L’Euro n’a fait qu’accentuer les effets néfastes de la mondialisation. La BCE n’a fait que lutter contre l’inflation (propice pour rembourser une dette) avec comme outil un taux d’intérêt élevé néfaste pour la croissance. Le politique de l’Euro fort sous le diktat allemand n’a fait qu’accélérer les délocalisations (donc moins de recettes) tout en comprimant les exportations et favorisant les importations (allemandes ou autres). Lorsque les européistes expliquent qu’on ne peut sortir de l’Euro car cela ferait monter les taux d’intérêt pour l’emprunt, ils font fi de tous les autres aspects négatifs de la mise en place de l’Euro.

De plus, sous le diktat allemand de la BCE et sa phobie de l’inflation, on ne peut plus monétiser la dette, c’est-à-dire financer par création monétaire. De toute façon, en sortant de l’Euro, le recours à l’emprunt sur les marchés internationaux sera moins une nécessité et la France serait à l’abri de l’augmentation des taux d’intérêt. La France a toujours eu un taux d’épargne élevé et le mieux sera de faire appel aux nationaux. En remboursant la dette, on enrichit les nationaux. On ne fait que se rembourser soi-même. On revient donc à cette idée énoncée au début de l’article : une dette n’est qu’une circulation d’argent entre différents agents. Il n’y a donc pas d’appauvrissement général.

Nous donnerons donc à propos de la dette de la France la même réponse que propose Alain Cotta pour l’économie de la France : « sortir de l’Euro ou mourir à petit feu ». Il faut aussi sortir du capitalisme financier actuel pour redéfinir un capitalisme social de nouveau favorable à la croissance des pays européens et à la ré-industrialisation de la France.

Patrice GROS-SUAUDEAU

Statisticien-économiste


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

carnet de notes |
MICHELE HARDENNE |
Je suis un "écrit-rien" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Litteratures Negro Africain...
| NewsNora
| That's just the way it is