La politique en textes !

Le jugement
8 avril, 2014, 12:39
Classé dans : plus ou moins philo

Juger revient à établir un rapport entre deux notions. On peut par exemple juger les autres, ce qui peut paraître insupportable pour certains : « Un tel est un minable », « Telle femme est belle ou laide », « Un tel est un psychopathe ».

Dans tout jugement il y a une part de création de vérité, d’affirmation de soi, d’engagement, ce qui peut s’opposer à l’humilité judéo-chrétienne : « Qui suis-je pour juger ? » (Pape François). On ne juge pas uniquement les autres, mais aussi tout objet, tout acte. En plus des jugements de valeurs et de faits (« le toit est gris »), existent les jugements de goûts (« telle œuvre est belle ou réussie »). Juger est en fin de compte lié à l’activité de penser. Penser, c’est juger. Penser est aussi dominer, car juger est aussi s’approprier le monde ou les autres.

Kant

Dans la critique du jugement (Urteil) Kant analyse le terme. En logique, tout énoncé relie deux concepts : le sujet et le prédicat. « Le mur est blanc » (S est P). Ce jugement peut être vrai ou faux. La critique du jugement analyse la raison en tant qu’elle a la faculté de porter des jugements.

Dès que nous parlons nous jugeons. Le philosophe distingue les jugements analytiques et les jugements synthétiques.

Il y a aussi les jugements a priori nécessaires et universels. Ils ne viennent pas de l’expérience. Ils conditionnent notre pensée comme les énoncés mathématiques. Les jugements empiriques viennent de l’expérience « la mer est bleue ».

Un jugement est analytique lorsque le prédicat ne fait que dire ce qui est déjà dans sujet (« les corps sont étendus »). Dans la notion de corps se trouve déjà l’étendue.

Dans le jugement synthétique, le prédicat ajoute quelque chose au sujet (« les corps sont pesants »).

Pour Kant seuls les jugements synthétiques a priori sont « scientifiques ». Ils nous apprennent quelque chose tout en étant nécessaires et universels.

Le philosophe dans « Critique de la raison pure » se pose la question : comment les jugements synthétiques a priori sont-ils possibles ? Il verra dans le sujet les formes a priori qui constituent l’objet.

Les deux sources de la connaissance sont la sensibilité par laquelle les impressions sont reçues et l’entendement qui permet de les penser. Sans résumer ici la critique de la raison pure, l’espace et le temps sont les formes a priori de la sensibilité.

La sensibilité est passive, l’entendement est une fonction active.

Les formes a priori de la pensée sont appelées par Kant catégories de l’entendement. La catégorie capitale est celle de la causalité. Elle est a priori et ne provient pas de l’habitude à la différence de Hume. Les catégories a priori viendraient sans qu’il le dise de la structure de notre cerveau.

Descartes – Spinoza

Pour Descartes, le jugement est l’expression de ma liberté. C’est décider en face de l’existant en engageant sa responsabilité. Juger est prendre parti dans un monde qui peut sembler sans signification.

Spinoza qui a critiqué l’idée de la liberté ne voit bien sûr dans le jugement aucun acte libre. Si j’ai l’idée d’un triangle et que je vois une forme géométrique qui a l’aspect d’un triangle, comment pourrais-je juger autrement ?

« Nul, ayant une idée vraie, n ‘ignore que l’idée vraie enveloppe la plus haute certitude ; avoir une idée vraie, en effet ne signifie rien, sinon connaître une chose parfaitement ou le mieux possible ; et certes, personne ne peut en douter, à moins de croire que l’idée est quelque chose de muet comme une peinture sur un panneau et non un mode de penser, savoir l’acte même de connaître ». (Spinoza – Ethique)

L’erreur n’est qu’une connaissance mutilée et imparfaite pour Spinoza, à la différence de Descartes pour qui l’erreur nait d’un acte de volonté. On accorde son assentiment alors qu’il n’y a pas lieu de la donner à une idée confuse. À la différence de Descartes, Spinoza ne voit pas l’engagement du sujet dans le jugement.

Jugement et croyance

Saint Augustin avait déjà remarqué que la foi n’est pas limitée au religieux. Toute connaissance est aussi une croyance. Dans toute connaissance, il y a un pari, comme dans le pari de Pascal sur la foi.

« Savoir, c ‘est toujours engager le sujet dans l’objet, risquer une hypothèse, une idée dans les faits et y croire d’autant plus qu’elle explique davantage. Toute connaissance est un mixte de science et de foi, une croyance : croire est le propre de l’homme » (Jean Lacroix).

« J’ai donc du supprimer le savoir pour y substituer la croyance » (Kant, Critique de la raison pure).

L’acte de juger ne se limite pas au monde des idées. Juger est un acte social qui agit sur les êtres. Le psychiatre qui jugeant qu’un tel est fou, quels que soient les termes techniques à sa disposition, décide l’enfermement. Le juge au tribunal déclare un tel « coupable » ou « irresponsable ». Tel jugement sur une œuvre peut faire la gloire ou la ruine d’un artiste. L’homme politique juge parfois l’adversaire ou même l’ennemi. « Le Front National est le mal absolu » (Pierre Mauroy). Quelle métaphysique de la politique !

Juger établit des relations entre les représentations, mais parfois à quel prix et avec quelle violence ? Le jugement des hommes avec ses effets autoréalisateurs peut parfois à juste titre faire peur.

Patrice GROS-SUAUDEAU


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

carnet de notes |
MICHELE HARDENNE |
Je suis un "écrit-rien" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Litteratures Negro Africain...
| NewsNora
| That's just the way it is