La politique en textes !

L’animal
24 juin, 2014, 15:48
Classé dans : plus ou moins philo

Depuis Aristote et le christianisme, notre société n’a fait que rabaisser, exclure l’animal de la communauté des hommes. Et pourtant, cela ne l’a pas empêché de le faire travailler, le faire participer à la guerre, s’en servir comme compagnon de jeu ou de solitude, de l’utiliser pour sa sécurité, tout cela pour finir parfois comme nourriture pour l’homme. Ce mépris ou sentiment de supériorité a été ambivalent car l’homme a toujours en même temps ressenti sa proximité avec l’animal.

L’animal inférieur à l’homme

Pour Aristote, l’homme est un animal qui parle, donc doué de raison ce qui sous-entend que l’animal n’a pas de raison. L’animal ne pense pas. Le christianisme aggravera cette déchéance puisqu’il n’accordera pas d’âme à l’animal. Dans le christianisme, il y a une coupure totale entre l’homme et l’animal. L’homme a été créé à l’image de Dieu. La zoophilie devient péché mortel et même un crime contre-nature.

Plus philosophiquement, Descartes comparera l’animal à une machine (ce qu’on peut interpréter comme la vision du mécanisme s’opposant au vitalisme). Les animaux n’ont pas de pensée car ils n’ont pas de langage. L’animal n’est donc qu’un corps.

Pour reprendre l’expression de Pascal, ce n’est pas un « roseau pensant ».

Malebranche extrémisera cette vision : « Les bêtes mangent sans plaisir, crient sans douleur, croissent sans le savoir, elles ne désirent rien, elles ne craignent rien, elles ne connaissent rien ».

La Mettrie inversera cette pensée pour l’appliquer à l’homme. Il n’y a pas de différence entre l’homme et l’animal si ce n’est un degré supérieur de perfection.

Rousseau ne situera pas la différence sur la pensée mais pour lui, l’homme est libre à la différence de l’animal qui obéit à la nature.

L’homme et l’animal ont souvent été comparés dans leurs aptitudes. Si de nombreux animaux sont supérieurs à l’homme dans un ou plusieurs domaines (vitesse, instinct, force, combat, faculté de voler chez les oiseaux, …) l’homme est multifonctionnel. Son potentiel physique (celui du singe) lui permet de pratiquement tout faire. Il suffit de regarder la gymnastique aux Jeux Olympiques. Son intelligence lui a même permis de voler et de voyager sous l’eau.

Condillac a publié « Le Traité des Animaux » (1755). Il s’oppose à Descartes. L’animal peut juger, penser, avoir de la mémoire … L’homme a pu dépasser l’animal grâce au langage. Il y a donc continuité entre l’homme et l’animal, idée que l’on retrouvera dans la théorie de l’évolution. On n’oppose plus l’homme à l’animal. On accorde à l’animal le fait de souffrir.

L’anthropologue Claude Lévi-Strauss défendra fortement la cause animale. Semblable à Rousseau, il fait l’éloge de la pitié vis-à-vis de tout ce qui est vivant. Les animaux sont des êtres sensibles.

« Jamais mieux qu’au terme des quatre derniers siècles de son histoire, l’homme occidental ne put-il comprendre qu’en s’arrogeant le droit de séparer radicalement l’humanité de l’animalité en accordant à l’une tout ce qu’il retirait à l’autre, il ouvrait un cycle maudit, et que la même frontière, constamment reculée, servirait à écarter les hommes d’autres hommes, et à revendiquer, au profit des minorités toujours plus restreintes, le privilège d’un humanisme, corrompu aussitôt né, pour avoir emprunté à l’amour-propre son principe et sa notion » (Lévi-Strauss)

Plus globalement, Lévi-Strauss critique la séparation entre l’homme et la nature.

« En isolant l’homme du reste de la création, en définissant trop étroitement les limites qui l’en séparent, l’humanisme occidental hérité de l’Antiquité et de la Renaissance l’a privé d’un glacis protecteur ». (Lévi-Strauss)

L’anthropologue a été considéré comme un antihumaniste. L’humanisme occidental est selon lui une synthèse du christianisme (unité du genre humain) et de la pensée de Descartes (l’homme maître et possesseur de la nature).

« Toutes les tragédies que nous avons vécues, d’abord le colonialisme, puis avec le fascisme, enfin les camps d’extermination, cela s’inscrit non en opposition ou en contradiction avec le prétendu humanisme sous la forme où nous le pratiquons depuis plusieurs siècles, mais, disais-je, presque dans son prolongement naturel ». Cet anti-cartésianisme rappelle Heidegger.

Différences homme-animal

Si l’on récapitule les différences les plus manifestes entre l’homme et l’animal, il y a tout d’abord le langage qui n’est pas du même ordre de complexité et de plasticité chez l’homme.

Il y a aussi la conscience : « Ce qui élève l’homme par rapport à l’animal, c’est la conscience qu ‘il a d’être animal. Du fait qu ‘il sait qu ‘il est un animal, il cesse de l’être ». (Hegel)

Si l’instinct est un atout et une force, il n’a pas la vertu créative de l’intelligence. Il ne fait que répéter. L’homme a une histoire, alors que les sociétés animales ne font que se répéter, du moins à notre échelle.

La politisation de l’éthologie

En observant le monde animal, l’homme n’a pu s’empêcher d’en tirer des conclusions pour lui-même.

Dans le film « Mon oncle d’Amérique », Laborit veut montrer que face à une agression, l’homme (ou l’animal) n’avait que deux choix : le combat ou la fuite. S’il ne peut faire l’un des deux, il subit l’inhibition. Il s’est appuyé sur des études avec l’animal. Le réflexe conditionné du chien chez Pavlov peut s’appliquer à l’homme. L’Autrichien Konrad Lorenz observa pendant de longues années les animaux pour y découvrir l’agressivité innée. Les hommes vont voir chez les animaux ce qu’ils veulent y trouver. Gide, pour justifier son orientation homosexuelle, répertoriait les cas d’homosexualité chez les animaux.

On a souvent dit que les animaux ne tuaient que pour se nourrir, ce qui est faux. Chez les animaux existent la monogamie ou la polygamie, la fidélité ou le vagabondage.

La somme la plus accomplie sur l’application du monde animal à l’homme fut la sociobiologie. Elle fut accusée d’être raciste, sexiste, fasciste … Demande-t-on à une théorie qui se veut « scientifique » d’être humaniste ? Le clivage entre les humanistes et les antihumanistes sur cette théorie fut parfois violent et pouvait détruire une carrière. On retrouvait toutes les vieilles questions entre l’inné et l’acquis, l’hérédité de l’intelligence, la justification de la hiérarchie. La sociobiologie voulait même expliquer des comportements comme le racisme, le sexisme, la xénophobie au-delà des jugements moraux.

La grande critique vis-à-vis de la sociobiologie fut qu’elle niait ou minimisait le fait culturel. Il faut reconnaître que le débat sur ce courant de pensée fut viscéral dans les deux camps.

Au sentiment de supériorité de l’homme vis-à-vis de l’animal a succédé une inflation d’amour envers lui de la part de certains. Cela s’est accompagné parfois de misanthropie comme chez Schopenhauer qui disait mieux aimer son chien que Spinoza. On a créé les droits de l’animal. Chaque être vivant a le droit de vivre. Des hommes ont été condamnés pour cruauté envers les animaux. Obligera-t-on les hommes à devenir végétariens et cela les rendra-t-il meilleurs ? (Hitler aimait les animaux et était végétarien).

Patrice GROS-SUAUDEAU



Spinoza
4 juin, 2014, 10:08
Classé dans : plus ou moins philo

Spinoza fut avant tout un solitaire. Juif exclu de sa communauté, il ne devint pas chrétien pour autant. Cependant, son œuvre appartient totalement à la philosophie occidentale puisqu’il est dans le prolongement de la pensée platonicienne à la recherche de « La Vérité » et en identifiant le vrai et le bien. Ayant été nourri au cartésianisme, en restant un rationaliste et même en faisant l’apologie de la raison, il s’en distingue sur certains points. À la différence du Français, il a mis en place une doctrine morale et politique influencée par la société dans laquelle il vivait, c’est-à-dire la Hollande du XVIIeme siècle. Dans ce pays existait une cohabitation de religions différentes. Il n’y avait pas de religion officielle, si ce n’est dans les faits celle de l’argent et du commerce. À la différence de Pascal son contemporain, sa philosophie célébrera la joie.

L’Ethique

C’est le livre le plus important de Spinoza. Le livre est divisé en cinq parties.

La première partie concerne Dieu. Celui-ci est substance qui est constituée par les attributs (propriétés perçues par l’entendement). Dieu est infini.

« Tout ce qui est est en Dieu et rien ne peut sans Dieu être ni être conçu ». Dieu s’identifie à la Nature. « Deus sive Natura ». C’est-à-dire que Dieu est la Nature qui crée et tout ce qui existe vient de lui. « Natura naturans et natura naturata ».

D’une façon similaire à Platon qui distingua la doxa et l’épistémè ou plus tard Hegel qui distinguera plusieurs étapes de la connaissance, Spinoza distingue trois sortes de connaissance :

  • l’opinion par ouï-dire ou l’imagination, qui engendrent des idées confuses,
  • la raison qui opère de façon déductive,
  • la science intuitive qui connaît à partir de l’idée de Dieu.

Dans la troisième partie de l’Ethique, Spinoza traite des affects de façon iconoclaste comme le désir, la joie et la tristesse …

La conception du bien et du mal qui accroit ou diminue la puissance inspirera Nietzsche.

La liberté consiste dans la connaissance de la nécessité. Connaître nous libère des affects. L’activité de l’homme doit donc être la connaissance vraie et même la connaissance de Dieu.

La morale, la politique

Rationaliste, Spinoza le sera aussi dans sa conception de la morale et de la politique. La conception du désir par exemple se différencie de Platon pour qui le désir était un manque. « Le désir est l’essence même de l’homme, en tant qu ‘on la conçoit comme déterminée, par la suite d’une quelconque affectation d’elle-même, à faire quelque chose ». (Ethique)

Nous désirons ce que nous sommes. Le désir nous réalise. Cette conception spinoziste s’oppose aussi à la vision chrétienne pour qui le désir était péché.

Le désir chez Spinoza devient puissance.

La liberté sera aussi réinterprétée d’une façon différente de Descartes. Chez le Français, l’âme était le siège d’une volonté, le « libre-arbitre ». Pour Spinoza, il n’y a là qu’illusion.

Les hommes ignorent les causes qui les déterminent à agir. « Les hommes se trompent en ce qu ‘ils se pensent libres, opinion qui consiste seulement en ceci, qu ‘ils sont conscients de leurs actions, et ignorants des causes qui les déterminent. Donc cette idée qu ‘ils ont de leur liberté

vient de ce qu ‘ils ne connaissent aucune cause de leurs actions. Car ce qu ‘ils disent, que les actions humaines dépendent de leur volonté, ce sont des mots dont ils n ‘ont aucune idée ». (Ethique)

Lorsque les hommes sont indécis, c’est que des forces contraires les font hésiter.

La conception spinoziste sur le mal influencera en partie Nietzsche. Aucune chose n’est mauvaise en soi. Elle sera interprétée comme mauvaise car elle nuira ou détruira une autre.

De même, le bien est relatif ou subjectif. « La musique est bonne pour le mélancolique, mauvaise pour le désespéré et ni bonne ni mauvaise pour le sourd ».

Comme le disaient déjà Socrate et Platon, le mal est lié à notre ignorance. L’ignorant peut croire au bien et au mal. « La connaissance du mal est une connaissance inadéquate ». (Ethique).

Quant au mal absolu, la mort, Spinoza a une position similaire à celle que prendra Sartre. Philosopher ne consiste pas à méditer sur la mort. « L’homme libre ne pense à rien moins qu ‘à la mort, et la sagesse est une méditation non de la mort, mais de la vie ». (Ethique).

À la différence de Descartes, très prudent sur les questions politiques, Spinoza défendra la liberté et le refus de la tyrannie. Il prône la communauté des hommes libres : l’Etat doit organiser la sécurité et la liberté des individus. « La fin de l’Etat n’est pas de faire passer les hommes de la condition des êtres responsables à celle de bêtes brutes ou d’automates, mais au contraire il est institué pour que leur âme et leur corps s’acquittent en sûreté de toutes leurs fonctions, pour qu’eux-mêmes usent d’une Raison libre ». (Traité théologico-politique).

« L’homme est un Dieu pour l’homme ». Les hommes doivent vivre sous la conduite de la raison.

On retrouve aussi chez Spinoza des idées qui seront reprises par les économistes classiques anglais. L’égoïsme de chacun est utile pour tous. « C’est quand chaque homme recherche au plus haut point ce qui lui est utile que les hommes sont le plus utiles les uns aux autres ». On rejoint à la fois à la fois le libéralisme et l’individualisme.

De la même façon, plus on est joyeux, plus on transmet sa joie aux autres.

Le philosophe prône donc la joie opposée à la tristesse qui ne nous apprend rien, et l’amour face à la haine.

Une autre façon d’unir les hommes est la recherche de la Vérité puisqu’elle est commune à tous les hommes, à la différence des opinions qui les divisent.

Spinoza condamnait l’Utopie, mais il y avait dans sa doctrine une « croyance » en la Raison.

Pour lui, connaître ses passions permet de les maîtriser. Fidèle à la tradition philosophique, la connaissance libère l’homme et lui fait acquérir la sagesse.

Patrice GROS-SUAUDEAU



La pensée de Pascal
20 mai, 2014, 12:18
Classé dans : plus ou moins philo

Pascal a toujours pensé entre deux extrêmes. Sa philosophie se trouve aussi entre un prolongement de la philosophie médiévale où s’entremêlaient religion et philosophie, ainsi que le dilemme foi-raison, et l’anticipation d’une pensée moderne avec sa critique de la raison.

Les anti-Lumières sont venus après les Lumières et pourtant Pascal pourrait être considéré comme un anti-Lumières avant l’heure avec non seulement sa vision aigüe des limites de la raison, mais aussi sa défense de la coutume et surtout de la religion chrétienne. Pour lui, la foi prime la raison.

Il a été avant tout un apologiste de la foi chrétienne. Et comme tous les croyants, il a utilisé tous les moyens pour la faire partager comme le fameux pari de Pascal pour convaincre les esprits forts. Il a été aussi un anti-cartésien puisque le cœur est au-dessus de la raison. « Le cœur a ses raisons que la raison ignore ». « Nous connaissons la vérité non seulement par la raison mais encore par le cœur ». (Pensées)

Pour Russel, Pascal a gâché son génie mathématique. Il est vrai que sa fièvre mystique est difficile à comprendre pour un esprit « rationnel ». Il faut peut-être l’expliquer par un corps malade qui a connu la souffrance comme un état second. Pascal s’est aussi imposé la mortification (il a porté une ceinture de cuir avec des clous). Il a pratiqué avec beaucoup de complaisance la haine de soi tout en se sachant grand, la jouissance à se sentir rien ou misérable. L’homme est un néant entre deux infinis, mais il avait conscience que sa grandeur résidait dans le fait qu’il était le seul vivant à penser. « L’homme est un roseau pensant ».

Le jansénisme

Pascal est devenu janséniste. Il faut donc expliquer cette doctrine. Ce courant se situe entre la théologie et la philosophie. Il vient du théologien hollandais Jansenius (XVIIeme siècle), qui veut revenir à Saint Augustin. La grâce n’est pas donnée à tous les hommes, idée qui s’oppose au libre-arbitre défendu par l’Eglise. Evidemment, cette interprétation janséniste sent le souffre protestant. Pascal s’attaquera aux Jésuites qui défendent la thèse officielle et sont donc du côté du Roi et du Pape. À travers cette querelle, l’augustinisme imprègne à nouveau la pensée philosophique et religieuse.

Le jansénisme prône un rigorisme et s’oppose à une société qui veut être maîtresse de son destin comme le prône le cartésianisme.

La raison est synonyme d’orgueil.

La casuistique

La casuistique est l’étude des cas de conscience. On cherche à appliquer à des cas particuliers les règles générales de la morale chrétienne. Ceci revient aux confesseurs. La plupart des casuistes étaient jésuites et minimisaient les fautes commises en trouvant une explication favorable à celui qui voulait se faire pardonner. Evidemment, cela ne pouvait que s’opposer au rigorisme janséniste.

Pascal va attaquer les casuistes et les jésuites. Ces derniers confessaient les souverains et les puissants et pour ne pas les rejeter hors de l’Eglise, ils trouvaient des accommodements avec la morale.

Le genre d’argument utilisé pour masquer un mensonge était « On peut jurer qu’on n’a pas fait une chose, quoiqu’on l’ait faite effectivement, en entendant soi-même qu’on ne l’a pas faite un certain jour, ou avant qu’on fut né… sans que les paroles dont on se sert aient aucun sens qui le puisse faire connaître »

L’esprit de finesse et l’esprit de géométrie

L’esprit de finesse chez Pascal est l’intuition. L’esprit de géométrie est celui qui raisonne. Alors que Bergson donnera plus d’importance à l’intuition qu’à la raison, pour Pascal l’esprit de finesse et l’esprit de géométrie sont les deux moyens d’accéder à la vérité. Les hommes la plupart du temps possèdent l’un ou l’autre à des degrés divers ou ni l’un ni l’autre. Les génies possèdent les deux de façon très développée.

« Tous les géomètres seraient donc fins s’ils avaient la vue bonne, car ils ne raisonnent pas faux sur les principes qu’ils connaissent ; et les esprits fins seraient géomètres s’ils pouvaient plier leur vue vers les principes inaccoutumés de géométrie. ».

Le cœur pour Pascal est aussi une intelligence intuitive.

Le divertissement

L’homme veut oublier qu’il est face au néant. Il doit donc s’abandonner dans le divertissement. Avec d’autres mots, Heidegger dira aussi que l’homme est inauthentique pour ne pas penser qu’il est un être-pour-la-mort.

« Rien n’est si insupportable à l’homme que d’être dans un plein repos, sans passions, sans affaire, sans divertissement, sans application. Il sent alors son néant, son abandon, son insuffisance, sa dépendance, son impuissance, son vide. Incontinent, il sentira du fond de son âme l’ennui, la noirceur, la tristesse, le chagrin, le dépit, le désespoir ».

Il faut s’étourdir de peur d’avoir à penser, ce que dira aussi Baudelaire dans son poème « Enivrez-vous ». L’homme ne veut pas découvrit son néant.

« La seule chose qui nous console de nos misères est le divertissement et cependant c ‘est la plus grande de nos misères ». (Pensée 411).

Le pari de Pascal

C’est un argument qui peut choquer certains chrétiens mais Pascal cherchait à convaincre les esprits forts. On peut difficilement considérer un calcul d’épicier pareil comme relevant de la foi. Ce pari est le calcul d’une espérance mathématique. Pascal a été avec Fermât le créateur de la théorie des probabilités.

Si je parie que Dieu existe et qu’il existe je gagne tout, c’est-à-dire la félicité éternelle. Si je parie que Dieu existe et qu’il n’existe pas, je n’ai perdu qu’une existence finie.

Dans l’autre cas, si je parie que Dieu n’existe pas et qu’il existe, je perds mon salut, la félicité éternelle. Si je parie qu’il n’existe pas et qu’il n’existe pas, je n’ai gagné qu’une existence finie.

On a donc tout intérêt à parier sur l’existence de Dieu.

Cet argument se veut donc rationnel, mais Pascal savait parfaitement que la foi n’est pas affaire de raison. Il s’adressait aux hommes qui calculent.

Foi et raison

On ne peut pas dire qu’il y a eu un conflit chez Pascal entre la foi et la raison. Il y a une humiliation de la raison par la foi. La raison n’est qu’une chimère. L’homme veut croire qu’il est maître de lui-même. Il doit se soumettre à Dieu.

Chez Descartes, il y avait un optimisme de la nature humaine alors que Pascal ne voit qu’un homme misérable et dépendant par rapport à Dieu. Le pessimisme chrétien (l’homme est pêcheur) est poussé au paroxysme chez-Pascal.

« Il ne faut aimer que Dieu et ne haïr que soi ». « Le moi est haïssable ».

Les Pensées

Ce livre devait se nommer « Apologie de la religion chrétienne ». On trouve des aphorismes et des développements où existe l’idée de démonstration « rationnelle ». La Vérité n’est pas unique et il n’existe pas de certitude. La vérité peut même se nier elle-même.

« Tous errent d’autant plus dangereusement qu’ils suivent chacun une vérité ». Nietzsche qui éprouvait une attirance et une répulsion pour Pascal aura une position similaire sur la Vérité, même s’il exprimait son dégoût pour l’apologie pascalienne de l’homme misérable. Rien n’est vrai, rien n’est certain.

L’homme ne peut comprendre ni lui-même, ni autrui. On retrouve Saint Augustin « Nesquio quid, ego ipse sum » « On n’aime personne que pour des qualités empruntées ».

Pour Pascal, Descartes est « inutile et incertain ». Le philosophe janséniste sort de la démarche philosophique platonicienne à la recherche de « La Vérité ». Les vérités, comme plus tard chez Foucault, sont multiples et parfois contraires.

Dans « Les Pensées », Pascal revient sans cesse sur la condition humaine. « En un sens, l’homme connaît qu’il est misérable puisqu’il l’est mais il est bien grand puisqu’il le connaît » (Pensée 112).

« Toute notre dignité consiste en la pensée ».

L’auto-flagellation permanente, la culpabilité que s’impose l’Occident n’est-elle pas qu’un bégaiement de cette forme de pensée chrétienne comme par exemple le propos très pascalien : « La France est grande à reconnaître ses fautes passées ».

Au final, les réflexions de Pascal sur l’existence en feront un pré-existentialiste avant le très chrétien aussi mais venant du Nord, Kierkegaard.

Patrice GROS-SUAUDEAU



La mémoire et l’oubli
6 mai, 2014, 14:51
Classé dans : plus ou moins philo

S’il est difficile de donner une définition de la mémoire, il est plus facile de la cataloguer en une multiplicité de variétés.

Il y a la mémoire sensorielle, celle qui vient de nos sens. On a aussi distingué la mémoire à court terme et celle à long terme, sans parler de la mémoire implicite qui ne fait pas intervenir la conscience à la différence de la mémoire explicite.

La mémoire déclarative peut être exprimée par le langage ; elle s’oppose donc à la mémoire non déclarative.

On a aussi différencié la mémoire sémantique qui regroupe les connaissances générales et la mémoire épisodique qui concerne notre vie personnelle. La mémoire procédurale est celle que l’on a emmagasinée pour par exemple savoir conduire. Certains ont une mémoire auditive plutôt qu’une mémoire visuelle.

En neurosciences, la mémoire consiste en un stockage d’informations.

En philosophie, on définit selon Lalande la mémoire comme « une fonction psychique consistant dans la reproduction d’un état de conscience passé avec ce caractère qu’il est reconnu pour tel par le sujet ». Cette définition assimile la mémoire au souvenir.

Le mémoire est donc la fonction du passé.

« Le propre de la mémoire est d’apporter dans notre expérience le sens du passé » (G. Gusdorf)

Bergson

Le philosophe distingue la mémoire-habitude et le souvenir. La mémoire-habitude regrouperait la mémoire sensorielle et la mémoire procédurale. Bergson donne l’exemple de la leçon apprise par cœur : « Le souvenir de la leçon, en tant qu’apprise par cœur, a tous les caractères d’une habitude. Comme l’habitude, il s’acquiert par la répétition d’un même effort ». (Bergson, Matière et mémoire).

La mémoire-souvenir est différente. Le passé renait à la différence de la mémoire-habitude qui est aussi celle de l’animal. La mémoire-souvenir est une conscience du passé.

« L’autre est la mémoire vraie. Coextensive à la conscience, elle retient et aligne à la suite les uns des autres tous les états au fur et à mesure qu’ils se produisent, laissant chaque fait à sa place et par conséquent marquant sa date ». (Bergson).

Pour Bergson, la mémoire-habitude est matérielle et la mémoire-souvenir spirituelle. Cette interprétation est remise en cause par la neurophysiologie.

Fonctions de la mémoire

La mémoire a aussi une fonction sociale car se souvenir, c’est partager. Dans les commémorations, les anciens combattants partagent leur passé.

Il y a des mémoires collectives ainsi que des mémoires familiales.

Si pour Pradines : « La mémoire est une reconstruction du passé par l’intelligence », pour Rivarol « La mémoire est toujours aux ordres du cœur ». On se souvient en fonction des ses affects.

La mémoire unifie la personne, son vécu. Elle construit aussi notre personnalité, notre moi. Pour Sartre, « Nous sommes nos actes ». La mémoire a pour fonction de pérenniser nos vécus ou nos actes passés.

L’oubli

L’oubli est nécessaire pour la vie. Il faut trier dans notre passé. Selon Gusdorf, l’oubli est une condition d’existence. La conservation de la totalité du passé, ce qu’on appelle la mémoire absolue, est non seulement impossible, mais serait nuisible.

La passé peut même être une souffrance.

« Une bonne journée est celle où le passé s’est tenu à peu près tranquille ». (Jean Rostand).

La mémoire nous attache au passé.

« Nul bonheur, nulle sérénité, nulle espérance, nulle fierté, nulle jouissance de l’instant présent ne pourraient exister sans la faculté d’oubli ». (Nietzsche, Généalogie de la morale).

Oublier c’est pardonner, et parfois à soi-même.

« C’est moi qui ai fait cela, dit ma mémoire. Il est impossible que je l’aie fait, dit mon orgueil. Finalement, c ‘est la mémoire qui cède ». (Nietzsche).

On retrouve chez Freud l’idée du refoulement qui rejette hors de la conscience tout ce qui est insupportable. On oublie tout ce qui nous est nuisible. On retient ce qui nous est utile.

La mémoire est donc la condition inhérente à la constitution de soi comme l’avait déjà souligné Saint Augustin. Si l’oubli est nécessaire pour nous maintenir en vie, les souvenirs douloureux ou nuisibles restent stockés dans l’inconscient. Nous devenons la somme de nos traumatismes, de nos vécus-et de nos connaissances, la mémoire étant là pour unifier notre existence.

Patrice GROS-SUAUDEAU



Le jugement
8 avril, 2014, 12:39
Classé dans : plus ou moins philo

Juger revient à établir un rapport entre deux notions. On peut par exemple juger les autres, ce qui peut paraître insupportable pour certains : « Un tel est un minable », « Telle femme est belle ou laide », « Un tel est un psychopathe ».

Dans tout jugement il y a une part de création de vérité, d’affirmation de soi, d’engagement, ce qui peut s’opposer à l’humilité judéo-chrétienne : « Qui suis-je pour juger ? » (Pape François). On ne juge pas uniquement les autres, mais aussi tout objet, tout acte. En plus des jugements de valeurs et de faits (« le toit est gris »), existent les jugements de goûts (« telle œuvre est belle ou réussie »). Juger est en fin de compte lié à l’activité de penser. Penser, c’est juger. Penser est aussi dominer, car juger est aussi s’approprier le monde ou les autres.

Kant

Dans la critique du jugement (Urteil) Kant analyse le terme. En logique, tout énoncé relie deux concepts : le sujet et le prédicat. « Le mur est blanc » (S est P). Ce jugement peut être vrai ou faux. La critique du jugement analyse la raison en tant qu’elle a la faculté de porter des jugements.

Dès que nous parlons nous jugeons. Le philosophe distingue les jugements analytiques et les jugements synthétiques.

Il y a aussi les jugements a priori nécessaires et universels. Ils ne viennent pas de l’expérience. Ils conditionnent notre pensée comme les énoncés mathématiques. Les jugements empiriques viennent de l’expérience « la mer est bleue ».

Un jugement est analytique lorsque le prédicat ne fait que dire ce qui est déjà dans sujet (« les corps sont étendus »). Dans la notion de corps se trouve déjà l’étendue.

Dans le jugement synthétique, le prédicat ajoute quelque chose au sujet (« les corps sont pesants »).

Pour Kant seuls les jugements synthétiques a priori sont « scientifiques ». Ils nous apprennent quelque chose tout en étant nécessaires et universels.

Le philosophe dans « Critique de la raison pure » se pose la question : comment les jugements synthétiques a priori sont-ils possibles ? Il verra dans le sujet les formes a priori qui constituent l’objet.

Les deux sources de la connaissance sont la sensibilité par laquelle les impressions sont reçues et l’entendement qui permet de les penser. Sans résumer ici la critique de la raison pure, l’espace et le temps sont les formes a priori de la sensibilité.

La sensibilité est passive, l’entendement est une fonction active.

Les formes a priori de la pensée sont appelées par Kant catégories de l’entendement. La catégorie capitale est celle de la causalité. Elle est a priori et ne provient pas de l’habitude à la différence de Hume. Les catégories a priori viendraient sans qu’il le dise de la structure de notre cerveau.

Descartes – Spinoza

Pour Descartes, le jugement est l’expression de ma liberté. C’est décider en face de l’existant en engageant sa responsabilité. Juger est prendre parti dans un monde qui peut sembler sans signification.

Spinoza qui a critiqué l’idée de la liberté ne voit bien sûr dans le jugement aucun acte libre. Si j’ai l’idée d’un triangle et que je vois une forme géométrique qui a l’aspect d’un triangle, comment pourrais-je juger autrement ?

« Nul, ayant une idée vraie, n ‘ignore que l’idée vraie enveloppe la plus haute certitude ; avoir une idée vraie, en effet ne signifie rien, sinon connaître une chose parfaitement ou le mieux possible ; et certes, personne ne peut en douter, à moins de croire que l’idée est quelque chose de muet comme une peinture sur un panneau et non un mode de penser, savoir l’acte même de connaître ». (Spinoza – Ethique)

L’erreur n’est qu’une connaissance mutilée et imparfaite pour Spinoza, à la différence de Descartes pour qui l’erreur nait d’un acte de volonté. On accorde son assentiment alors qu’il n’y a pas lieu de la donner à une idée confuse. À la différence de Descartes, Spinoza ne voit pas l’engagement du sujet dans le jugement.

Jugement et croyance

Saint Augustin avait déjà remarqué que la foi n’est pas limitée au religieux. Toute connaissance est aussi une croyance. Dans toute connaissance, il y a un pari, comme dans le pari de Pascal sur la foi.

« Savoir, c ‘est toujours engager le sujet dans l’objet, risquer une hypothèse, une idée dans les faits et y croire d’autant plus qu’elle explique davantage. Toute connaissance est un mixte de science et de foi, une croyance : croire est le propre de l’homme » (Jean Lacroix).

« J’ai donc du supprimer le savoir pour y substituer la croyance » (Kant, Critique de la raison pure).

L’acte de juger ne se limite pas au monde des idées. Juger est un acte social qui agit sur les êtres. Le psychiatre qui jugeant qu’un tel est fou, quels que soient les termes techniques à sa disposition, décide l’enfermement. Le juge au tribunal déclare un tel « coupable » ou « irresponsable ». Tel jugement sur une œuvre peut faire la gloire ou la ruine d’un artiste. L’homme politique juge parfois l’adversaire ou même l’ennemi. « Le Front National est le mal absolu » (Pierre Mauroy). Quelle métaphysique de la politique !

Juger établit des relations entre les représentations, mais parfois à quel prix et avec quelle violence ? Le jugement des hommes avec ses effets autoréalisateurs peut parfois à juste titre faire peur.

Patrice GROS-SUAUDEAU



L’interprétation
25 mars, 2014, 14:15
Classé dans : plus ou moins philo

« Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde de différentes manières, ce qui importe c’est de le transformer » (Marx). « Il n’y a pas de faits, il n’y a que des interprétations » (Nietzsche).
Ces deux citations montrent à quel point la philosophie est liée à l’interprétation. Quand Marx propose de transformer le monde, il se réfère à une interprétation du monde qu’il veut changer. On ne peut donc sortir de l’interprétation.
Pourtant, il existe des domaines où l’interprétation serait inexistante comme les mathématiques ou les sciences dites « exactes ». On comprend la démonstration d’un théorème en suivant les chaînes de raison. Il n’y a pas de place à l’interprétation.
La physique cherche à expliquer le monde par des lois ou des relations mathématiques établies par l’expérience. L’interprétation se trouve donc à mi-chemin entre l’opinion et la science. Feyerabend verra dans la Science aussi une interprétation du monde.
Les domaines du savoir humain où l’interprétation est omniprésente sont la littérature, les « sciences humaines » (économie, droit, sociologie, psychologie, histoire), la politique… L’interprétation devient même infinie.
Interpréter, c’est donner le sens puisque l’homme est un animal qui veut du sens. Le sens de l’Histoire peut être la lutte des classes, la lutte des nations, la raison se constituant comme l’expose Hegel ou le choc des civilisations… en psychanalyse, on interprète les rêves. L’interprétation des textes (sacrés ou non) s’appelle l’herméneutique.
L’herméneutique
L’herméneutique est donc l’étude des textes sacrés à l’origine. Elle a pris un sens plus large pour désigner toute interprétation d’un texte. Les juifs et les protestants pratiquent plus l’herméneutique des textes sacrés que les catholiques. Ils ont un rapport direct aux textes à la différence des catholiques qui se réfèrent à l’enseignement de l’Église. Les musulmans veulent aussi toujours revenir au Coran.
Pour Paul Feyerabend, aucun domaine n’échappe à l’interprétation, même la science soi-disant objective. Dilthey distinguera expliquer et interpréter. Pour lui, les sciences de la nature cherchent à expliquer. Les « sciences humaines » interprètent pour comprendre.
En sociologie, on retrouve la différence d’approche entre Durkheim et Max Weber. Pour Durkheim, la sociologie se trouve au même plan que les sciences de la nature avec des lois « objectives ». Les faits sociaux sont des choses à expliquer. Max Weber cherche à comprendre les faits sociaux à partir de la subjectivité des individus. On ne peut comprendre qu’en interprétant le sens que les individus donnent à leur action. « Nous appelons sociologie une science qui se propose de comprendre par interprétation l’action sociale et par là d’expliquer causalement son déroulement et ses effets ». (Max Weber)
Ricœur verra dans l’herméneutique une interaction entre l’auteur et le lecteur. Ce qu’a écrit l’auteur n’est pas figé et toute lecture est une interprétation liée aux attentes, aux croyances, au final à la subjectivité du lecteur. Le lecteur peut même dépasser ce que l’auteur a voulu dire. L’écrit a une portée ontologique à la différence de la parole qui est furtive et liée aux circonstances.
Un domaine où l’interprétation est sans limite est la poésie. Le poète pour Platon est un interprète des dieux. Il donne le sens ; il est aussi un interprète de la nature, du monde et des hommes.
L’œuvre d’art n’existe que par son interprétation. Elle est un moment du passé interprété dans notre moment présent.
L’interprétation des rêves
La psychologie fait sans cesse appel à l’interprétation et particulièrement la psychanalyse. Le rêve par exemple révèle l’inconscient. « Tout le psychique étouffé apparaît dans le rêve ». Avant le rêve relevait de l’ordre du délire insignifiant. Comme de donner une signification au lapsus, on interprète le rêve. Il est la réalisation d’un désir refoulé. Les « idées latentes du rêve » sont cachées par la censure qui existe aussi dans le sommeil. Les désirs sont masqués. Pour la psychanalyse, tout a une signification dans le rêve puisqu’il traduit l’inconscient.
Tout a aussi une symbolique. Le roi et la reine représentent les parents. Les enfants sont représentés par de petits animaux. L’organe sexuel de l’homme a une multiplicité de symboles : serpents, poissons, tiges, parapluies, … Cette symbolisation déguise le désir. Freud dans son livre « L’interprétation des rêves » donne plusieurs analyses de rêves qui n’ont pas tous une signification sexuelle. Une mère rêve que sa fille est morte (alors qu’elle l’aime). C’est pour Freud une réminiscence de son désir d’avorter avant la naissance de sa fille.
Nietzsche
Le sens qu’a donné Nietzsche est que le monde n’a pas de sens, ce qu’on peut appeler le nihilisme. Pourtant le philosophe n’a fait qu’interpréter le monde. Dans sa généalogie de la morale, les valeurs bien et mal sont liées à leur généalogie. La morale, celle des faibles s’imposant par leur nombre, est fondée sur le ressentiment, comme l’impuissant qui prône la chasteté.
Nietzsche interprète le monde de façon bipolaire entre les forts et les faibles. Il est dans ce domaine un psychologue et un sociologue hors pair.
L’homme veut du sens et selon le philosophe « un sens quelconque vaut mieux que pas de sens du tout ».
Il explique ainsi l’idéal ascétique comme si l’homme avait à racheter une faute. L’homme donc trouve un sens à sa souffrance.
Pour Nietzsche, l’homme se sauvera lorsqu’il acceptera l’absence de sens. Ce que l’on appelle le nihilisme actif qui le différencie du nihilisme passif : « Nihiliste est l’homme qui juge que le monde tel qu ‘il est ne devrait pas être et que le monde tel qu ‘il devrait être n ‘existe pas. De ce fait l’existence (agir, souffrir, vouloir, sentir) n’a aucun sens : de ce fait le pathos du « en vain » est le pathos nihiliste, et une inconséquence du nihiliste. ».
Pour Platon, les sens étaient les interprètes des phénomènes. Dans la philosophie médiévale, l’interprétation était l’exégèse de la Bible.
De cette vision antique ou religieuse on est passé à une interprétation des textes quelconques ou même plus généralement à celle de toute action sociale (ou individuelle comme le fera la psychologie). La psychanalyse interprétera même notre inconscient. L’interprétation est liée à l’essence de l’homme. L’homme veut donner un sens à tout objet, au monde qui l’entoure et à tout acte.
Patrice GROS-SUAUDEAU



La culture, ou qu’est ce qu’être cultivé ?
12 mars, 2014, 12:35
Classé dans : plus ou moins philo

L’idéal de l’honnête homme du XVIIeme siècle (qui a remplacé celui du guerrier) a perduré au cours des siècles, même si maintenant, la télévision et internet ont considérablement réduit cette exigence en dépit d’un enseignement qui se veut pour tous. Le bourgeois cultivé du XIXeme siècle et du début du XXeme siècle qui citait en latin n’existe plus. L’école ne fait qu’empiler les années sans qu’il y ait une grande transmission des connaissances, à part quelques exceptions. D’ailleurs, de nos jours, à quoi sert-il d’être cultivé dans notre société libérale dite aussi celle du capitalisme financier ? Le seul critère est devenu la réussite financière. La culture, en dehors de son utilité ou non, fait-elle mieux comprendre les autres ? La culture réunit-elle les hommes ou au contraire les divise-t-elle puisqu’elle les différencie ? Il y aurait d’un côté les « cultivés » et les autres (les incultes) …
On oppose à la culture générale le savoir spécialisé ou technique qu’impose une société à un individu pour exister, avoir une profession, gagner sa vie. La société veut enfermer les individus dans un savoir spécifique alors que la culture générale est celle qui épanouit. Nietzsche écrivait qu’il faut faire de sa vie une œuvre d’art. La culture générale construit son « moi » et peut faire de l’individu une œuvre d’art en dépit de ce qu’exige la division du travail organisée par le système économique.
À la culture générale, on oppose aussi l’érudition, c’est-à-dire connaître un nombre incalculable de choses sans que cela fasse de quelqu’un un être cultivé, mais plutôt un singe savant.
« La culture, c’est ce qui reste lorsqu’on a tout oublié ». Cette formule qui se veut brillante est celle d’Edouard Herriot, agrégé de lettres, ancien Président du Conseil dans les années vingt. Elle est en fin de compte très dépréciative puisqu’elle traduit un non choix.
Ce qu’il reste vient du savoir de l’école qui n’a jamais été choisi. L’oubli n’est que le résultat d’une paresse intellectuelle et des circonstances de la vie. La culture ne serait que le résidu de deux non-choix.
Au XVIIeme et XVIIIeme siècles, on avait encore la prétention de pouvoir arriver à tout connaître. Ceci est exclu de nos jours, mais il existe des spécialistes des idées générales. On peut connaître les grandes idées de la Relativité, de la mécanique quantique, de l’économie, de la sociologie, sans être un spécialiste de ces domaines.
Dans le combat pour survivre et la reconnaissance qu’est la vie, être cultivé peut paraître un luxe. Est-ce pour séduire, plaire, dominer ou toute autre raison non avouable ? De façon plus élevée, la culture nous aide à nous approprier le monde et à le ressentir plus intensément.
Goethe écrivait : « Bien savoir et bien faire une seule chose procure un plus haut développement que d’en faire à demi une centaine ».
Être un spécialiste, c’est savoir de plus en plus de choses sur de moins en moins de choses. C’est peut-être desséchant mais la reconnaissance sociale s’obtient ainsi, c’est-à-dire aussi par une perte de son épanouissement personnel.
L’individu est écartelé entre un désir d’être très performant dans un domaine pour vivre, être reconnu, et une curiosité sur les domaines les plus divers.
La phrase de Goethe s’oppose frontalement à celle de Pascal : « Il vaut mieux connaître une chose sur tout que tout sur une chose ». Pascal, par cette citation, montre qu’il est plus attaché à l’intériorité de l’homme, son épanouissement qu’à son utilité et reconnaissance sociales.
La culture est aussi une démarche individualiste et égoïste qui ne se soucie guère de l’opinion des autres. Il y a une posture aristocratique dans le fait d’être cultivé, d’appartenir à un cercle restreint. Platon disait que pour penser, il faut avoir les mains libres et le ventre plein.
Les tâches les plus ingrates sont confiées à l’esclave. L’homme libre peut donc s’adonner aux activités de l’esprit. On est loin de la dialectique du maître et de l’esclave. Aristote méprisait au plus haut point le travail manuel. Il n’y avait de noble que l’activité intellectuelle.
Heidegger verra dans la technique une perte d’être.
La création artistique, comme le soulignera Nietzsche, s’est opérée grâce à de nombreux rentiers qui n’avaient rien d’autre à faire que créer.
Patrice GROS-SUAUDEAU



Les Présocratiques
25 février, 2014, 17:28
Classé dans : plus ou moins philo

Si la philosophie n’a sans doute pas commencé avec les grecs, les traces qui nous restent sont celles des présocratiques. Le berceau de la philosophie occidentale s’est trouvé en Asie mineure (Ionie) pour ensuite s’établir en Italie du sud.
Toutes les questions essentielles sont abordées comme l’origine du monde, la vérité, l’être, la morale ou l’éthique…. La philosophie grecque n’est donc pas née à Athènes avec Socrate, mais elle y convergera. La philosophie première a donc parlé grec bien avant que Heidegger ne dise qu’elle parle allemand.
Les philosophes comme Hegel, Nietzsche (avec Heraclite) et Heidegger (avec Parménide) se réfèreront aux présocratiques. Si les présocratiques ne se coupent pas complètement des mythes, il y a chez eux une recherche d’explication du monde qui veut sortir de la mythologie. Le discours se veut de plus en plus rationnel. S’il ne reste parfois que des fragments de textes, ils seront source d’inspiration pour les futures philosophes d’Athènes et même de tout l’Occident.
Les philosophes d’Ionie
Les philosophes d’Ionie sont les premiers à avoir pratiqué la philosophie naturelle, c’est-à-dire ce qu’on appelle maintenant la physique. Auparavant, les seuls qui donnaient sens étaient les poètes et les théologiens. Pour les philosophes milésiens (c’est-à-dire de Milet), il y a un principe originaire commun (arche) parmi la diversité des choses.
Thalès de Milet
Il est considéré comme le premier philosophe (Vlème siècle avant J.C.). Il fut de ceux qui étudièrent la nature en dehors du mystère des mythes. Thalès a donc un regard de physicien qu’on dirait de nos jours qualitatif.
L’arche (le principe originaire) est l’eau.
« Et l’eau est le principe de la nature humide, qui comprend en soi toutes les choses » (Simplicius).
Si Thalès a eu une explication rationnelle des choses, il reste croyant aux dieux.
« Thalès a pensé que toutes choses étaient remplies de dieux » (Aristote)
Le savoir n’étant pas divisé comme de nos jours, Thalès était aussi mathématicien et astronome (il avait prévu l’éclipsé de 585 avant J.C.).
Anaximandre
Il fut le disciple de Thalès. Ce présocratique a défini le principe originaire comme étant l’infini, l’illimité (a-peiron : le non limite).
« Illimité est le principe des choses qui sont. Ce dont la génération procède pour les choses qui sont, est aussi ce vers quoi elles retournent sous l’effet de la corruption, selon la nécessité ».
Le monde chez Anaximandre est organisé de façon harmonieuse. Il est le résultat de forces contraires.
Anaximène
L’arche pour ce philosophe est l’air. Il pénètre tout élément.
« Notre âme, parce qu’elle est de l’air, est en chacun de nous un principe d’union ; de même le souffle ou l’air contient le monde dans son ensemble ».
L’air est un principe infini. Anaximène reprend en cela Anaximandre.
Les Pythagoriciens
L’école a été fondée par Pythagore. Les membres vivent à Crotone en Italie du sud. L’essence de la réalité est contenue dans les nombres. « Tout est nombre ».
« Or, à cet égard, il apparaît que les pythagoriciens estiment que le nombre est principe, à la fois comme matière des êtres, et comme constituant leurs modifications et leurs états » (Aristote, La Métaphysique).
On a donc chez les pythagoriciens une interprétation mathématique du réel avant Galilée et Descartes.
Le pythagorisme a eu des ressemblances sur d’autres points avec l’orphisme. La mort délivre l’homme de l’état de prisonnier de son corps. La vie est faite pour expier nos fautes. Le corps est une déchéance de l’âme.
Les pythagoriciens seront aussi des stoïciens avant l’heure puisqu’ils prônent une vie ascétique et la maîtrise de soi.
Heraclite
Le philosophe inspira Hegel et Nietzsche. C’est le penseur du devenir et de l’écoulement ininterrompu du temps.
« Car on ne peut entrer deux fois dans le même fleuve » « Tout passe et rien ne demeure »
« Les choses froides se réchauffent, le chaud se refroidit, l’humide s’assèche et le desséché se mouille »
Tout a son contraire. Le conflit (la guerre) est père de toutes choses. Une réconciliation serait la fin du monde. Heraclite fut le premier dialecticien. D’une façon que reprendra Platon, Heraclite distingue entre ce qui est évident pour les sens et ce qui est accessible à la pensée.
« Nature aime à se cacher. La plupart n’ont pas conscience de ce que sont les choses qu’ils rencontrent. Ils ne comprennent pas, quand ils apprennent mais ils se figurent »
Les Eléates
Xénophane est considéré comme le premier penseur de l’École des Eléates, fondée à Elée (Italie du sud). Il a une attitude critique vis-à-vis des religions et superstitions. Il combat aussi la contradiction dans le raisonnement.
Xénophane est très sceptique sur la faculté de connaissance de l’homme. On ne connaît que ce qu’on est capable de percevoir, c’est-à-dire pas grand-chose.
« La connaissance claire, aucun homme ne l’a eue et il n’y aura personne qui la possédera au sujet des dieux et pour toutes choses dont je parle » (Xénophane).
Le philosophe dénonce l’anthropomorphisme que l’on trouve par exemple chez Homère et Hésiode qui attribuent aux dieux les caractères des hommes.
« Les bœufs et chevaux peindraient semblables à des bœufs et à des chevaux les figures des dieux et leur façonneraient des corps semblables à l’apparence que chaque espèce a pour soi… les Ethiopiens, Leurs dieux ont le nez camus et la peau noire »
Parménide (VI, Vème siècle avant J.C.)
Sa philosophie est contenue dans cette phrase :
« L’être est, le non-être n’est pas ». L’être est donc immobile. Les sens nous trompent qui nous donnent l’apparence du changement.
Parménide s’oppose radicalement à Heraclite le philosophe du changement. Il pose le principe de non-contradiction. On ne peut pas être et ne pas être. Parménide énoncera aussi : « C’est la même chose que penser et être ». Cette phrase peut être interprétée de différentes façons. Une chose n’existerait que s’il y a conscience pour la penser. On pourrait aussi ne penser que ce qui est est. Une autre interprétation serait de donner de l’être qu’à l’être pensant.
Le disciple de Parménide, Zenon d’Elée va inventer des paradoxes pour nier le mouvement (Paradoxes d’Achille et de la flèche). Le changement et le mouvement ne sont que des illusions.
Empédocle
Le philosophe veut faire une synthèse avec tous ses prédécesseurs. Le mouvement est régi par deux principes : la haine et l’amitié. Il existe quatre éléments qui constituent les choses : le feu, l’eau, la terre et l’air.
« Car c’est des éléments que sortent toutes choses, tout ce qui a été, qui est et qui sera… Ils sont les seuls à avoir l’être, et dans leur course, par échanges mutuels, ils deviennent ceci ou cela ». Comme les pythagoriciens, Empédocle pense que les hommes sont sur terre en exil, expier une faute commise au royaume des dieux. La vie est un purgatoire.
Anaxagore
Le principe du mouvement est une intelligence séparée, un « intellect » (nous). L’être, pour Empédocle était quadruple. Pour Anaxagore, il y a un nombre infini d’éléments premiers. Les choses sont déterminées par une combinaison de ces éléments. Ce ne sont pas des atomes, que nous verrons ensuite car les semences d’Anaxagore sont divisibles à l’infini à la différence des atomes insécables. Les matières sont mues par le nous (esprit) qui les ordonne.
Les Abdéritains (Vème siècle avant J.C.)
Leucippe est le fondateur de la théorie atomiste. Atome en grec veut dire insécable (a-tomos). Les atomes se déplacent par pression et choc mutuels. Cette explication mécanique du monde exclut Dieu.
« Nulle chose ne se produit fortuitement, mais toutes choses procèdent de la raison et de la nécessité ».
Démocrite, l’élève de Leucippe peut être considéré comme le fondateur du matérialisme. Il exclut tout élément mythique. L’atome est inengendré et éternel. Le vide est nécessaire pour le mouvement. « Les principes de tous les corps sont les atomes et le vide, et tout le reste n’est que croyance… Tout se produit par nécessité : le tourbillon est la cause de la genèse de tous les corps » (Laërce, doxographe)
Les Sophistes
Ils ont été les maîtres du discours et du relativisme, ce qui a séduit Nietzsche qui ne croyait guère à l’idée de Vérité. Les sophistes pouvaient soutenir n’importe quelle thèse. Pour les philosophes comme Socrate, Platon, Aristote à la recherche de la Vérité ceci était un véritable dévergondage de la pensée. De plus, les sophistes se faisaient payer ce qui ne pouvait que révulser les philosophes, esthètes de la pensée. Leur relativisme se trouve dans tous les domaines. Les valeurs morales ne sont que des conventions selon les époques et les lieux. La religion est une invention de l’homme. Pour Prodicos par exemple, les dieux ne sont que l’expression des sentiments humains.
Pour Protagoras : « Il y a sur tout sujet deux discours mutuellement opposés ». « L’homme est la mesure de toutes choses, pour celles qui sont, de leur existence, pour celles qui ne sont pas de leur non-existence ».
On a donc l’homo-mesura.
Gorgias prône un doute que l’on retrouvera chez Descartes, mais ce dernier s’en écartera pour fonder la certitude. Rien n’existe ; si quelque chose existe, on ne peut le connaître ; si on peut le connaître, on ne peut l’exprimer. L’homme est enfermé dans les opinions.
Platon trouvera les sophistes dangereux.
Les présocratiques présentent une très grande diversité. Mais au-delà de leur pluralisme d’écoles, il reste un discours qui se veut de plus en plus lié à la raison. Chez les philosophes de l’école de Milet comme pour les Abdéritains il y a la formation d’un discours scientifique qui se prolongera jusqu’à nos jours. Les pythagoriciens ont introduit les mathématiques comme outil de connaissance pour étudier la nature. Les grands thèmes métaphysiques furent abordés. S’il ne reste que des fragments écrits, cette pensée nous est parvenue grâce aux doxographes et aux philosophes postérieurs qui les ont commentés. Socrate et Platon ne partirent pas de rien pour constituer une nouvelle somme philosophique.
Patrice GROS-SUAUDEAU



La philosophie médiévale
13 février, 2014, 14:55
Classé dans : plus ou moins philo,politico-historique

À l’école de la République, l’enseignement de la philosophie passe directement d’Aristote à Descartes comme s’il n’y avait rien entre les deux. Les hommes ne se sont pourtant pas arrêtés de penser, mais la pensée occidentale a pris une orientation religieuse, et même chrétienne.
Religion et philosophie, ou plutôt foi et savoir, se sont imbriqués. Pour certains philosophes comme l’anglais Russel, la philosophie devant se séparer de la religion et de la foi, cela constitue une incompatibilité.
De plus, pendant le moyen-âge, l’Occident n’était pas dominant, la Chine et le monde musulman étant plus développés. Le moyen-âge n’est donc pas perçu comme une grande période pour les Occidentaux. La philosophie médiévale étant la rencontre du christianisme et de la philosophie, se trouve aussi être une construction du premier. La foi pourtant s’oppose à la philosophie. On obtient le salut par une ignorance et non par la sagesse ou la connaissance. Globalement, la philosophie médiévale sera la confrontation des Saintes Ecritures avec les textes des Pères de l’Eglise qui incorporeront la philosophie grecque (Platon, Aristote, Stoïciens,…)
Benoit XVI à l’université de Ratisbonne avait souligné l’alliance entre la foi et la raison dans le christianisme à la différence de l’islam où la foi est première et exclusive. Le christianisme est aussi lié à son Histoire après la révélation contrairement à l’islam où l’interprétation consiste à sans cesse revenir au Coran.
La Patristique
La doctrine chrétienne fut élaborée par les Pères de l’Église à l’aide de la philosophie de l’Antiquité.
Le plus important fut Saint Augustin qui fut essentiellement influencé par le néoplatonisme. Les Pères de l’Église ont possédé autant d’autorité que la Bible. Pour Clément d’Alexandrie (IIème siècle) l’usage de la philosophie est salutaire. Cette position s’oppose par exemple à celle de Tertullien pour qui « Jérusalem et Athènes n’ont rien à faire ensemble ». Mais la conception qui s’imposa fut « Fides quaerens intellectum » (la foi cherchant la compréhension). Mais la philosophie peut être aussi une réflexion sur la révélation.

Saint Augustin (Vème siècle)
Son œuvre majeure fut « Les Confessions ». Il raconte sa vie avant sa conversion. Il y développe des réflexions sur le temps qui deviendront célèbres et serviront dans les analyses de Descartes et Husserl sur le même thème. Pour connaître, l’homme doit croire, et réciproquement. « Crede ut intelligas, intellege ut credas » (Crois pour connaître, connais pour croire). Saint Augustin avait anticipé Descartes. Si je doute ou me trompe, j’existe : « Si enim fallor, sum » (Si en effet je me trompe, je suis). Dieu est en nous. Saint Augustin parle de notre intériorité. « Noli foras ire, in te ipsum redi, in interiore homine habitat véritas » (Rentre en toi-même, ne t’en vas pas au dehors, c’est au cœur de l’homme qu’habite la vérité).
Saint Augustin fut aussi le théologien du péché originel et de la grâce. L’homme ne peut être sauvé que par la grâce. « C’est par la grâce, en effet que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi ; vous n’y êtes pour rien, c’est le don de Dieu. » (Saint Paul)
On a aussi chez Saint Augustin une philosophie de l’Histoire. Il y a lutte entre le royaume de Dieu et le royaume terrestre : « Deux amours ont donc bâti deux cités, l’amour de soi jusqu’au mépris de Dieu, la cité de la terre ; l’amour de Dieu jusqu’au mépris de soi, la cité de Dieu. L’une se glorifie en soi et l’autre dans le Seigneur. » (La Cité de Dieu).
La première scolastique
Plusieurs théologiens, en général appartenant à la prêtrise, ont émergé. Nous allons étudier les plus importants.
Pour Jean Scot Erigène (IXeme siècle), la raison doit expliquer la révélation. Il ne doit pas y avoir de contradiction entre foi et raison. On doit faire confiance à l’autorité des Pères de l’Église.
Saint Anselme de Canterbury est connu pour sa fameuse preuve ontologique. Dieu existe de par son essence. L’existence appartient à son essence. Cette preuve ontologique de l’existence de Dieu sera critiquée par Kant.
Ce théologien, père de la Scolastique, distinguera trois niveaux de vérité : les vérités éternelles en Dieu, la vérité concordance avec la vérité divine et la vérité de l’énoncé en concordance avec les choses.
Au-delà de la théologie a eu lieu à cette époque la querelle des Universaux qui est un prolongement des idées de Platon.
Les Universaux sont des concepts universels opposés aux choses singulières. Les nominalistes refusaient l’existence réelle aux universaux. Pour les réalistes, les universaux ont une existence réelle comme les idées de Platon. Pour Jean Roscelin (XIeme siècle), les universaux ne sont que des mots.
La philosophie arabe
Sur cette question, il existe une controverse avec des arrière-pensées idéologiques. Pour certains historiens, l’Europe devait ses savoirs à l’islam qui avait récupéré l’héritage grec. De plus, on mélange tous les termes « arabes », « musulmans », « musulmans non arabes ». L’historien Sylvain Gouguenheim a écrit un livre « Aristote au Mont Saint Michel, les racines grecques de l’Europe Chrétienne » où il contredit cette thèse. Pour lui, les liens avec Byzance subsistaient. La culture chrétienne n’avait pas coupé avec les grecs. Les Évangiles furent rédigés en grec. Les Pères de l’Église connaissaient Platon. Dans l’islam, la raison a toujours été seconde par rapport à la révélation. Ce livre en tout cas s’oppose à la phrase de Jacques Chirac qui avait voulu briller en répétant ce que lui avait dit un « intellectuel » : « Les racines de l’Europe sont musulmanes ». Sylvain Gouguenheim rappelle l’existence de Jacques de Venise (XIIeme siècle) qui traduisit au Mont Saint Michel les œuvres d’Aristote en latin.
Citons les philosophes de l’islam comme Al Fârâbî qui fit une synthèse entre Aristote et le néoplatonisme. Avicenne fut aussi un néoplatonicien, proche de Plotin. Averroès a été le commentateur d’Aristote. Il a voulu réunir la philosophie et la religion islamique.
La haute scolastique
L’apogée de la scolastique se fera avec Saint Thomas d’Aquin, mais de nombreux philosophes ou théologiens comme Roger Bacon, Saint Bonaventure, Raymond Lulle (XIIIeme siècle) ont donné leur point de vue.
Roger Bacon veut convertir la terre entière au catholicisme. Il a voulu remédier aux quatre causes fondamentales de l’ignorance : l’autorité, la coutume, le préjugé et la présomption. Le savoir est fondé sur l’expérience.
Saint Bonaventure se tournera vers Saint Augustin et le néoplatonisme. Quant à Raymond Lulle, il fut un propagandiste de la catholicité. Son « Ars magna » auquel se réfère Descartes est apologétique. C’est un art de découvrir la vérité. C’est la première machine à penser de l’Histoire.
Saint Thomas d’Aquin
Il a été plusieurs années l’élève d’Albert le Grand. Il a relié l’aristotélisme à la pensée chrétienne héritée de Saint Augustin. Foi et raison ne peuvent se contredire, émanant de Dieu.
La philosophie part des choses pour atteindre Dieu, alors que la théologie part de Dieu.
Saint Thomas reprend la distinction entre acte et puissance. Il donne cinq preuves (quinque viae) de l’existence de Dieu :
1.    Du mouvement dans les choses, il faut remonter à une cause première du mouvement : Dieu.
2.    Tout effet a une cause. Mais comme rien ne peut être la cause de soi-même, il doit y avoir une cause première incausée : Dieu.
3.    Nous trouvons des choses qui pourraient être ou ne pas être. Elles ne sont pas nécessaires. Il y a un être nécessaire d’où elles tirent leur existence.
4.    Il y a en toutes choses un plus et un moins. Cela ne peut se dire que s’il y a un étalon de mesure qui possède la détermination de la perfection : Dieu.
5.    Les corps naturels tendent vers une fin. Cela n’est possible que pour un être intelligent à l’origine de la finalité dans les choses : Dieu
Saint Thomas a voulu faire une somme qui rend compatibles les Écritures Saintes, les écrits d’Aristote et ceux des Pères de l’Eglise.
Maître Eckhart (XIIIème-XIVème siècles)
C’est le représentant de l’association de la mystique avec la théologie. D’inspiration néoplatonicienne, il écrivit des traités théologiques en latin, des sermons en allemand. On trouve Dieu dans le Rien. On a une véritable spiritualité du vide et du rien : « Les nonnes mystiques, les recluses, les solitaires, tous ceux qui avaient soif d’anéantissement devant le divin ne pouvaient manquer de trouver leur joie dans un tel détachement. Ils rejoignaient Dieu dans le dépouillement extrême qui était à leurs yeux et selon la logique la plus stricte la vérité suprême de l’absolu ». (Alain Michel)
Le pauvre renonce à lui-même en s’abandonnant à Dieu.
La scolastique tardive
Guillaume d’Ockham (XIIIème-XIVème siècles) fut un initiateur de la pensée moderne.
On trouve deux principes dans sa pensée :
Le principe d’omnipotence. Dieu aurait pu créer les choses autrement. Le monde créé apparaît pour l’homme comme un enchainement de faits. Mais aucun être n’implique l’existence nécessaire d’un autre.
Le principe d’économie (le rasoir d’Ockham) n’est pas un principe religieux : « On ne doit jamais multiplier les êtres sans nécessité » (pluritas numquam est ponenda sine necessitate).
Tous les principes qui ne sont pas nécessaires à l’explication d’une chose sont superflus et doivent être rejetés.
Dans la querelle des universaux, Ockham est nominaliste.
La pensée médiévale et sa perpétuelle réflexion sur la confrontation entre foi et savoir a abouti pendant la scolastique tardive à la mise en place de la pensée moderne. Pour Guillaume d’Ockham la science de Dieu et la science de la nature n’ont aucun rapport. Pour lui, sur le plan politique, le pouvoir temporel n’a rien en commun avec le pouvoir spirituel. Commence à se dessiner une pensée scientifique avec le principe du rasoir d’Ockham. Newton en fut le prolongement.
« Non sunt multiplicanda entia praeter necessitatem ».
La philosophie médiévale a aussi transmis la philosophie grecque jusqu’à nous, qui portait en elle l’explication du monde en dehors des mythes et de la religion.
Patrice GROS-SUAUDEAU



La philosophie anglo-saxonne
28 janvier, 2014, 13:36
Classé dans : plus ou moins philo

On distingue habituellement la philosophie continentale (essentiellement allemande ou française) et la philosophie anglo-saxonne. Cette dernière aborde quelques thèmes récurrents : la connaissance, thème certes traditionnel mais vue sous l’angle de l’empirisme et non celui du rationalisme ou de l’idéalisme. La philosophie morale et politique est essentiellement celle de l’utilitarisme (le bonheur du plus grand nombre).
Ces thèmes furent ceux des philosophes anglais du XVIIIème siècle mais la philosophie politique anglo-saxonne s’est prolongée avec des contemporains comme Charles Peirce, John Rawls, Nozick,…
La philosophie analytique qui est une étude du langage et de la logique, même si elle fut à ses débuts initiée dans le cadre de la culture allemande (Frege, Wittgenstein, …), devint anglo-saxonne. Les autres thèmes de cette dernière furent le pragmatisme, la philosophie des sciences et la philosophie de l’esprit.
Si la « continentale » est plus métaphysique ou ontologique, avec une tendance totalitaire pour certains, ces deux courants ont établi des passerelles et l’opposition devient moins tranchée. Le langage est aussi un thème d’étude dans la philosophie continentale. Si au sens le plus large la philosophie consiste à penser, clarifier ses idées selon Wittgenstein, la philosophie anglo-saxonne est une bonne propédeutique.
L’empirisme anglais
L’empirisme consiste à fonder la connaissance sur l’expérience. Les trois philosophes anglais qui illustrent ce courant sont Locke, Berkeley et Hume. Hobbes est encore imprégné du cartésianisme, c’est-à-dire de rationalisme.
John Locke
Sa philosophie politique en fait un représentant des Lumières puisque ce courant fut européen, même si la France en fut le centre. Mais il fut aussi un philosophe de la connaissance. Les idées proviennent de l’expérience. Il n’y a donc pas d’innéisme comme chez Descartes. On a donc une « white paper» (tabula rasa). L’expérience a deux voies distinctes : la sensation et la réflexion. « D’où l’âme tire-t-elle tous ces matériaux qui sont comme le fond de tous ses raisonnements et de toutes ses connaissances ? A cela je réponds en un mot, de l’Expérience : c’est le fondement de toutes nos connaissances, et c’est de là qu’elles tirent leur première origine. »
La connaissance première se trouverait donc en dehors de toute métaphysique.
Berkeley
L’évêque irlandais, féru de philosophie, a fondé sa doctrine qui est à la fois un idéalisme, un immatérialisme et basée sur la certitude sensible, ce qui l’oppose frontalement à Platon. Le philosophe défend aussi le nominalisme.
La thèse fondamentale est quand même celle de relier l’être à la perception : « esse est percipi aut percipere » (Être, c’est être perçu). Le monde est la pensée de Dieu selon l’évêque.
« Tout ce que nous voyons, sentons, entendons … demeure aussi assuré que jamais et aussi réel que jamais. Il y a une rerum natura. »
« Il y a folie des hommes à mépriser les sens. Sans eux, l’esprit ne pourrait ne connaître, ni penser. »
Berkeley démystifie l’utilisation des mathématiques prônée par Galilée. Elles ne sont qu’outil commode et n’expliquant pas le monde. En tout cas, nos sens nous permettent de retrouver le Livre de Dieu.
Hume
Le philosophe écossais est aussi un empiriste. La connaissance vient donc de l’expérience par les perceptions qui se divisent en deux catégories : les « impressions » et les « idées ».
« Les impressions sont toutes nos plus vives perceptions quand nous entendons, voyons, touchons, aimons, haïssons, désirons ou voulons ». Les idées sont des « copies » d’impression.
Hume contestera le fameux principe de causalité qui sous-tend la Science. Il n’y verra qu’une habitude de pensée.
« L’expérience est un principe qui m’instruit sur les diverses conjonctions des objets dans le passé. L’habitude est un autre principe qui me détermine à attendre le même dans l’avenir ; les deux s’unissent pour agir sur l’imagination et ils me font former certaines idées d’une manière plus intense et plus vive que d’autres ».
La philosophie politique
La philosophie politique anglo-saxonne se différencie de la continentale, surtout allemande, par la méfiance envers la métaphysique et la spéculation théorique. Mais il ne faut pas trop simplifier car il y a toujours des soubassements métaphysiques à toute pensée. De plus, si la philosophie politique anglo-saxonne est surtout empirique et utilitariste, il existe des penseurs comme Hobbes chez qui subsiste un certain rationalisme. Certains comme Hume et Burke valorisent la tradition et l’Histoire, ce qui rappelle bien sûr la philosophie de l’Histoire allemande.
Mais la philosophie politique de ce courant la plus influente est la philosophie contemporaine avec des auteurs comme John Rawls et Ronald Dworkin qui composeront en partie de ce qu’on appellera le politiquement correct et fonderont un néolibéralisme social.
Thomas Hobbes
Comme nous l’avons dit, Hobbes est proche du rationalisme sur le plan de la théorie de la connaissance.
« La philosophie est la connaissance acquise par un raisonnement correct (per rectam ratiocinationem) des effets ou phénomènes d’après les causes ou les générations que l’on conçoit et, inversement de leurs générations possibles d’après les effets connus ».
Sur le plan politique, Hobbes a une conception pessimiste de la nature humaine « Homo, homini lupus » (l’homme est un loup pour l’homme). L’état de nature est un état de guerre.
On est loin de Rousseau. En revanche, on retrouve chez le philosophe l’idée de contrat fondé sur la volonté de préservation. L’homme quittant la nature devient le citoyen d’un état. Le droit de nature est confié à un souverain. L’État est donc une construction. Hobbes s’oppose donc à Aristote. L’homme n’est pas un animal social par nature.
John Locke
Le philosophe anglais peut être considéré comme appartenant aux Lumières. À la différence de Hobbes, les hommes dans leur état naturel sont libres, égaux et indépendants. Les passions peuvent créer un état de conflit. Les hommes doivent donc quitter l’état de nature pour vivre en société.
Toutes les idées de Locke influenceront les régimes politiques anglais, américains, et français, entre autres la séparation du pouvoir législatif et l’exécutif.
« C’est pourquoi la plus grande et la principale fin que se proposent les hommes lorsqu’ils s’unissent en communauté et se soumettent à un gouvernement, c’est de conserver leurs propriétés, pour la conservation desquelles bien des choses manquent dans l’état de nature »
Les propriétés chez Locke sont la préservation des vies, libertés et biens.
Hume
Le philosophe écossais, pur empiriste, sera sur le plan politique opposé à Locke. Il récuse la notion de contrat primitif. Sa critique du principe de causalité est devenue célèbre. Il fut aussi très critique vis-à-vis de la religion. L’origine de la religion réside selon lui dans la crainte et l’espoir.
L’homme voit dans la nature des puissances supérieures et les divinise. C’est le fondement du polythéisme. On retrouve dans toutes ses critiques Feuerbach, certes postérieur. Le passage au monothéisme s’explique par la valorisation d’une divinité particulière. Le monothéisme s’accompagne d’intolérance.
Hume se démarque des Lumières puisqu’il refuse l’universalisme synonyme d’abstraction et d’irréalisme. Chaque peuple a sa physionomie. Cette vision le rattache à la philosophie allemande. Chaque nation a un caractère propre.
Burke
La philosophie anglaise a sa diversité puisque Edmond Burke peut se rattacher aux Anti-Lumières. Il critique l’idée du contrat social de Rousseau. Il défend de façon très allemande l’idée de communauté : « (le contrat) forme une association non seulement entre les vivants, mais entre les vivants et les morts et tous ceux qui vont naître ».
Le contrat social moderne n’est qu’une construction mécanique privée d’âme.
Burke s’attaquera au rationalisme de la révolution française en défendant la tradition, la hiérarchie, l’Histoire, l’idée du peuple… Il critiquera bien sûr les droits de l’homme qui ne sont que la construction d’un homme abstrait, sans historicité, sans lien charnel. Les droits de l’homme ne sont que la consécration de l’individu-atome. Burke verra dans la révolution française la pire catastrophe de son époque puisqu’elle détruit l’Ancien Régime établi par l’Histoire. De plus, la révolution s’attaquant à la hiérarchie et à la religion, cela ne pouvait que révulser ce grand conservateur.
L’utilitarisme
L’idée d’utilité est un concept économique que l’on retrouvera dans la théorie néoclassique de façon même très mathématisée. Mais cela a été avant tout un critère de la vie morale et sociale. Bentham définira la doctrine de l’utilitarisme comme celle qui permet « le plus grand bonheur au plus grand nombre ».
Le principe d’utilité consiste à calculer ce qui procure le plus grand plaisir.
« La nature a placé l’homme sous le gouvernement de deux souverains maîtres, le plaisir et la douleur. Le principe d’utilité reconnaît cette sujétion et la suppose comme fondement du système qui a pour objet d’ériger, avec le secours de la raison et de la loi, l’édifice de la félicité ».
Bentham critiquera donc sévèrement les doctrines ascétiques, qu’elles viennent des philosophies stoïciennes ou des religions.
La philosophie politique américaine contemporaine
Il y a eu un foisonnement de la philosophie politique anglo-saxonne mais certains penseurs ont eu une influence très importante comme John Rawls qui a introduit la notion de justice dans le libéralisme qui se souciait surtout de la liberté.
Le philosophe américain est pour un libéralisme redistributif, ce qui l’oppose par exemple à Nozick, défenseur d’un libéralisme « dur ».
Rawls se préoccupe des plus désavantagés. Il peut être considéré comme le fondateur d’un libéralisme de gauche qui veut concilier justice et liberté. Il est un des maîtres-penseurs de ce qu’on appellera parfois avec mépris le politiquement correct. Une de ses idées est le « voile d’ignorance ». Le législateur doit établir des règles les moins défavorables aux plus désavantagés en faisant fi lui-même de sa position sociale. Le philosophe défendra l’égalité des chances. L’égalité des chances est nécessaire à une société juste. De plus, les inégalités sont justifiées si elles permettent d’améliorer la situation des plus désavantagés. On peut dire de Rawls qu’il a voulu construire un libéralisme humaniste. Philosophiquement il se distingue de l’utilitarisme « brut » et de la main invisible d’Adam Smith. La mondialisation et son cynisme effroyable ne s’inspirent guère de ses idées.
Conclusion
Nous n’avons pas pu passer en revue tous les thèmes abordés par la philosophie anglo-saxonne comme le pragmatisme dont William James disait : « Un nouveau nom pour d’anciennes manières de penser », la philosophie de l’esprit ou l’intelligence artificielle. La philosophie anglo-saxonne aborde des thèmes plus précis à la différence de l’allemande plus grandiose avec son idée de système. Elle est donc plus modeste, ayant une méfiance pour la métaphysique et la théorisation, mais sa philosophie politique influe sur la conception de la démocratie actuelle. En France existent des spécialistes de cette philosophie qui dépasse largement le monde anglophone.
Patrice GROS-SUAUDEAU


12345...9

carnet de notes |
MICHELE HARDENNE |
Je suis un "écrit-rien" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Litteratures Negro Africain...
| NewsNora
| That's just the way it is